Le gouvernement Algérien réagit au « Débat du Parlement Européen »

Le débat du Parlement Européen a suscité des remous dans l’actualité algérienne depuis quelques jours.

Le gouvernement algérien a réagi officiellement, ce lundi 25 novembre, à l’annonce du député européen Raphael Glucksmann faisant état de l’organisation d’un débat au sein du Parlement européen sur l’Algérie; une réunion qui sera sanctionnée par un vote d’une « résolution d’urgence ».

Ainsi, le porte-parole du gouvernement Hassan Rabehi a rendu public une déclaration en réaction à ce débat prévu pour le vendredi 29 novembre à Strasbourg.

« L’Algérie s’attache au principe de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays; tout comme elle n’admet pas, en tant qu’institutions et peuple à ce qu’il puisse avoir une interférence dans ses affaires intérieures. » déclare-t-il.

Raphael Glucksmann, « un simple parlementaire myope » selon Rabehi

Hassan Rabehi revient par ailleurs sur les relations stratégiques qui couvrent tous les secteurs d’activités. Il affirme que l’UE et l’Algérie ne permettraient à qui que ce soit « de remettre en cause ces partenariats » surtout pas « par de simples parlementaires qui se caractérisent par une myopie et qui ne mesurent pas l’importance de ces relations » a-t-il déclaré, en faisant référence à l’euro-député Raphael Glucksmann.

Pour rappel, depuis l’annonce du député européen, la scène politique algérienne est montée au créneau en dénonçant une tentative « d’ingérence étrangère » de la part de l’Union Européenne dans les affaires internes de l’Algérie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes