Actualité

Ce député européen dénonce le lobbying des puissances étrangères contre l’Algérie

0
S'abonner :

Le député européen s’est indigné du silence du Parlement Européen face aux mutations que traverse l’Algérie depuis le 22 février. Il accuse un “lobbying” malsain des puissances internationales contre la volonté du peuple algérien.

Dans une missive publiée sur son compte Facebook, le député européen Raphael Glucksmann a dénoncé avec véhémence l’influence des lobbys étrangers et le mutisme du Parlement Européen face au Hirak pacifique algérien.

En effet, Glucksmann trouve que la révolution du sourire en Algérie fait face à une politique internationale à deux vitesses. Il estime que le Parlement Européen n’a pas perdu son temps pour voter des résolutions sur le code pénal en Indonésie ou encore sur les lois anti-LGBT en Ouganda; cependant, il fait la sourde oreille face à un mouvement sans précédant en Algérie.

“Le Parlement n’a pas eu un mot en session plénière sur un mouvement aussi massif, aussi exemplaire que le Hirak algérien, cette révolution qui ne brise pas un carreau.” a-t-il écrit avant de poursuivre; “Des millions de citoyennes et de citoyens manifestent depuis des mois, chaque semaine – et même plusieurs fois par semaine! – pour la démocratie, la justice, la liberté, la dignité, juste là, de l’autre côté de la mer. Et nous, si bavards sur tout ce qui se passe ou ne se passe pas à l’autre bout du monde, nous n’avions apparemment rien à dire sur l’extraordinaire mobilisation pacifique d’un peuple si proche.” s’est-il indigné.

Le député dénonce le lobbying étranger en Algérie

D’après le député Glucksmann, les enjeux économiques des puissances en Algérie sont plus importants que la volonté du peuple qui veut rétablir sa souveraineté et recouvrir sa liberté. Il fait un clin d’oeil à deux compagnies étrangères, en l’occurrence Total (France) et ENI (Italie) qu’il accuse à demi mot de lobbying économique en Algérie.

Article recommandé :  Algérie : «Une grande vague d’immigration nous menace», dit Boukadoum

“Vint d’abord le défilé des gens qui s’expriment au nom de leurs « intérêts nationaux » […] l’Algérie, c’est un pôle de stabilité dans la région, et l’un de nos premiers partenaires énergétiques (on y vient; clin d’œil à ENI et Total en coulisses).”

Le député poursuit quelques lignes plus loin en rassurant les algériens qu’il compte plaider leur cause au Parlement Européen.

“Tout ça pour dire à mes amis algériens qu’il y aura bien un débat sur l’Algérie et une résolution d’urgence la semaine prochaine à Strasbourg. Je me battrai pour qu’elle soit le plus possible à la hauteur de votre incroyable révolution. Et qu’elle gagne surtout!” a-t-il asséné. avant de conclure “Bonne journée! Et 1,2,3 Viva la démocratie!”

Ce n’est pas la première fois qu’une personnalité politique étrangère dénonce le mutisme de la communauté internationale face au Hirak algérien. Il y a quelques semaines de cela, un ambassadeur américain s’est dit lui aussi; étonné du silence des médias internationaux sur la révolution du sourire.

Une petite histoire algéro-bruxelloise qui dit quelque chose, je pense, de l’impuissance politique et de ses…

Publiée par Raphaël Glucksmann sur Jeudi 21 novembre 2019

Brahim Lalami violenté et placé en détention provisoire

Article précédent

Bengrina : « L’Union Européenne a peur que je devienne président »

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.