AccueilActualitéAlgérie : le prix du plateau d’œufs est de 360 dinars sur...

Algérie : le prix du plateau d’œufs est de 360 dinars sur le marché du gros

Algérie – Parmi les produits à large consommation, le prix des œufs a réalisé une nouvelle hausse. En clair, un plateau est à 360 DA sur le marché du gros. Voici la raison, ce 01 septembre 2021. 

Aujourd’hui, on enregistre une hausse sans précédent du prix des œufs en Algérie. Et ce, à travers les différentes wilayas du pays. Dans le détail, le prix d’un œuf a atteint 12 DA sur le marché du gros, soit 360 DA le plateau. Tandis que son prix sur marché de vente au détail varie entre 13 et 15 DA, selon la région et la qualité. Le quotidien Ennahar rapporte les chiffres. 

Qu’en est-t-il de la raison de l’augmentation du prix des œufs ? D’après la même source, il s’agirait du prix élevé des matières premières pour la production des aliments des volailles au cours des deux dernières années. Celles-ci sont importées de l’étranger, précise-t-on. 

D’autre part, la baisse du nombre d’éleveurs en raison de la flambée étonnante des matières premières pour l’alimentation des volailles. Un cercle vicieux en effet. Puisque cela a ensuite fait baisser le nombre de poules pondeuses de 40 millions de poules pondeuses entre les années 2019 et fin 2020. Leur nombre n’est que 10 millions aujourd’hui, indique-t-on.

Augmentation du prix des oeufs : le président de l’UNPO expose les raisons

Dans une entrevue accordée à la source citée plus haut, le président de l’Union nationale des producteurs d’œufs, Djelloul Boudaoud, a affirmé que le prix fort des aliments pour volaille durant ces deux dernières années a été une des principales raisons de la réticence de centaines d’aviculteurs. La flambée a causé leur faillite. Les prix des œufs restaient à la baisse.

Par la suite, l’abandon de cette activité par beaucoup est intervenue a-t-il expliqué. Pour en dire plus, l’offre excédentaire de ce produit a entraîné de lourdes pertes aux producteurs. Cette hausse est engendrée par le prix du soja qui a augmenté de 5.000 DA à 12.000 DA, et par la hausse du prix du maïs de 3.000 à 5.500 DA.

Par conséquent, les producteurs d’œufs se sont trouvés incapables de payer la facture d’alimentation des volailles. Comme seule solution, ils ont dû vendre leurs poules avant la fin de la période d’ovulation. De plus, des milliers d’aviculteurs ont perdu leur travail.

Et ce, malgré les solutions qu’ils ont proposé afin d’appuyer les producteurs d’œufs à maintenir cette activité, relate le quotidien arabophone. Toutefois, c’était trop tard, car lors de la chute du prix des aliments pour volailles pour être accessibles aux producteurs, le nombre de ces derniers a baissé. Le nombre de poules pondeuses aussi, a-t-on ajouté.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes