AccueilÉconomieAutomobileAlgérie : Assouplissement de la règle 51/49 pour l’industrie automobile ?

Algérie : Assouplissement de la règle 51/49 pour l’industrie automobile ?

Algérie – Le ministre de l’Industrie a fait savoir que les investisseurs étrangers œuvrant dans l’industrie automobile ne seront plus dans l’obligation de s’associer à un partenaire local, sous réserve de contribuer avec un apport financier et technologique.

Inscrite dans la Loi de Finances 2020, l’Algérie serait sur le point de faire un premier pas vers l’assouplissement de la fameuse « règle 51/49 » en faveur des investissements étrangers dans « les secteurs non stratégiques », comme inscrite dans la LF 2020.

Invité au Forum du quotidien El Moudjahid, le ministre de l’Industrie et des Mines Ferhat Ait Ali Braham a fait savoir que le cahier de charges en cours d’élaboration, régissant activité de l’industrie automobile en Algérie n’obligera plus les investisseurs étrangers à s’associer à un partenaire local, à condition que ces derniers contribuent avec un apport financier et technologique.

« Nous n’obligerons pas l’investisseur [étranger] à s’associer à un partenaire national mais on lui imposera d’apporter le financement et le savoir faire. », a expliqué le ministre de l’Industrie lors de son allocution devant la presse.

S’exprimant sur ledit cahier des charges en cours de préparation, Ferhat Ait Ali a révélé que ce document encadrera, à travers de nouvelles clauses, l’activité des opérateurs de l’industrie automobile en Algérie, en exigeant notamment la réalisation de certains équipements, tels que les coques et les châssis qui seront en l’occurrence, fabriqués localement « Made in Algeria ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici