Algérie : la hausse du prix du pétrole et du gaz sera absorbée par la hausse du prix du blé ?

Algérie – Les conséquences de la guerre de la Russie et l’Ukraine ont touché de manière directe les prix du pétrole et du gaz, mais cette augmentation aura-t-elle un impact sur le coût du blé ? 

À la suite de l’exécution d’une opération militaire ordonnée par le Président de la Russie, Vladimir Poutine, en Ukraine, le marché mondial a été impacté. Cela concerne les prix du pétrole et du gaz et ainsi vient s’ajouter à cette liste le marché du blé en Algérie. De ce fait, qu’en est-t-il vraiment de la situation actuelle du pays face à ces augmentations ?

Ne cessant pas de grimper, les prix du pétrole ainsi que du gaz poursuivent leur flambée. Effectivement, cette augmentation vient s’installer à la suite de cette guerre entre les deux voisins européens. Le prix du baril de l’or noir a connu une hausse jamais enregistrée depuis dix (10) ans. Ajoutons à cela la hausse du prix du gaz.

Ainsi, l’Algérie se retrouve face à une situation de compensation. En fait, le pays nord-africain tirerait ses avantages de ces flambées des prix du pétrole et du gaz. Néanmoins, cette réjouissance ne tardera pas à s’apaiser. La nuance intervient alors face à l’augmentation des prix du blé importé de Russie et d’Ukraine.

Guerre en Ukraine et marché algérien

Dans le même sillage, un expert agricole, Laala Boukhalfa, s’est exprimé à ce sujet. En effet, contacté par Ennahar, le spécialiste a affirmé que cette augmentation des prix du blé n’impactera pas l’Algérie. Il a ensuite déclaré que le pays détient une vingtaine de pays fournisseurs de blé. Et que la quantité obtenue par l’Algérie de la Russie et de l’Ukraine ne représente que 3 %. 

À l’instar des autres pays, l’Algérie sera, en revanche, impactée par l’augmentation des prix du blé importé, a signalé Boukhalfa. Notons que la consommation moyenne du citoyen algérien se résume aux céréales. De son côté, Abdellatif Dilmi, le secrétaire général de l’Union nationale des Paysans algériens (UNPA) a évoqué le sujet. 

En fait, il a souligné que l’Algérie devrait se lancer dans une production locale des céréales. L’objectif est de satisfaire les besoins du citoyen algérien. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la balance quant aux intérêts algériens serait probablement stable. Cela en raison de l’équilibre entre les profits tirés de l’augmentation des prix du pétrole et du gaz exportés par rapport à celle du blé importé.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes