AccueilActualitéAlgérieAlgérie : vers la fin de la crise de disponibilité du lait

Algérie : vers la fin de la crise de disponibilité du lait

Algérie – Les citoyens se plaignent d’une sévère difficulté. Il s’agit de la crise du lait en Algérie. Cette pénurie sera bientôt résolue. Apprenez tout dans la suite de cet article ce dimanche 23 janvier 2022.

Bonne nouvelle ! l’Algérie appréhende la sortie de la crise du lait. En effet, le lait est un élément essentiel qui, au grand dam du consommateur, manque cruellement sur le marché algérien. Effectivement, le lait couvre un bon pourcentage des besoins du marché.

Selon le quotidien arabophone Echorouk, un propriétaire d’une usine de produits laitiers a déclaré que les commerçants privés ont obtenu l’autorisation d’importer 500 tonnes de poudre de lait. Cela pour chaque concessionnaire. De ce fait, le lait devrait être de nouveau disponible sur le marché vers la fin du mois de janvier 2022.

D’après la même source, le porte-parole a affirmé que la cause principale de cette pénurie se résume dans le retard des licences sanitaires d’importation. Celles-ci n’existent plus depuis septembre 2021. À l’heure actuelle, les commerçants sont désormais à l’étape de dédouanement et de contrôle. 

Non disponibilité du lait en Algérie : quelles sont les causes ?

En réalité, les citoyens algériens ont tendance à acheter plus de sacs de lait. Certes, car la poudre de lait n’est plus disponible sur le marché. Conformément à ce qui a été rapporté par le quotidien Echorouk, l’abaissement des stocks de poudre de lait, durant les trois derniers mois, est la raison de cette crise. Cette chute est la conséquence du lait non subventionné. Ce dernier couvre 25 % des besoins du marché. Dès l’instant où le lait enrichi fournit 75 %. 

Par ailleurs, le ministère du Commerce et de la Promotion des Exportations a publié, sur son site officiel, un règlement sur les prix de vente du lait. Dans le cadre d’une loi spéciale, les prix du lait pasteurisé et conditionné en sacs se fixe à 25 dinars le sac d’un litre. De plus, le ministère a entamé une enquête sur la disposition des matières premières sur le marché algérien.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes