Algérie Ferries – Corsica Linea : concurrence sur les prix des traversées maritimes

Algérie Ferries – Dans le cadre visiblement de la course pour l’attraction de plus de passagers, devant notamment Corsica Linea, Karim Bouzenad annonce que la compagnie nationale reprend les traversées avec les prix qu’elle affichait avant la Covid-19.

Le Directeur général adjoint d’Algérie Ferries, Karim Bouzenad, dans une déclaration à Echorouk, révèle les prix des billets de transport à bord d’un navire de la compagnie conçus manifestement pour être compétitifs face à ceux de Corsica Linea que le responsable ne nomme naturellement pas. Ces prix seront placés au même niveau qu’avant l’arrêt des traversées maritimes en mars 2020.

Il ajoute aussi que les prix sont très compétitifs par rapport aux tarifs qu’on applique dans le transport aérien. En effet, Karim Bouzenad indique que la compagnie nationale appliquera les mêmes prix qu’avant la Covid-19. Il déclare que le prix d’un billet pour adulte est de 260 euros, lors de la réservation à l’étranger.

Et il est d’environ 36.000 dinars pour la réservation du siège en Algérie. Algérie Ferries maintient aussi les prix pour les places de voitures qui sont de 500 euros. C’est de plus sans limitation de poids des bagages. L’orateur explique autre chose.

Il précise que le processus de réservation se fait au niveau des agences commerciales de la compagnie. Par ailleurs, celle-ci appliquera un protocole sanitaire très strict, approuvé par le ministère de la Santé. Et ce, depuis la réservation jusqu’à l’embarquement. Le but consiste à éviter tout risque de transmission de l’infection.

Le passager doit présenter un test PCR, 72 heures avant le départ

Le Directeur adjoint de la société nationale de transport maritime affirme que la reprise impose un nombre de mesures. Ces dernières obligent les voyageurs à présenter un test PCR 72 heures avant le départ. Que ce soit vers l’Europe ou vers l’Algérie. Dans le même contexte, le test est aussi obligatoire pour ceux qui ont reçu les deux doses du vaccin anti-Covid. C’est d’après le même média.  

En outre, la société nationale de transport maritime a connu des difficultés financières au cours des 20 derniers mois. C’est en raison de l’arrêt de son activité. Elle a fait recours à l’État pour assurer les salaires de ses employés. Et effectuer les opérations d’entretien nécessaires de sa flotte, selon la même source.

Pour rappel, la compagnie devrait reprendre officiellement ses activités le 21 octobre. Ce sera avec un voyage du port d’Oran vers Alicante en Espagne. En plus d’un voyage vers le port de Marseille le 1er novembre prochain, à bord du nouveau navire, le Badji Mokhtar 3. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes