AlgérieÉconomie

Algérie : Des commerçants et industriels appellent à la réforme fiscale

1
algérie commerçants industriels fiscale
S'abonner :

Algérie – Il faut « reconsidérer la loi fiscale pour parvenir à un climat des affaires équilibré ». C’est ce à quoi appelle le président du Cercle du commerce et de l’industrie algéro-espagnol; Djamel Eddine Bouabdellah.  

Le président du Cercle composé d’entreprises algériennes et espagnoles s’est en effet exprimé. Il estime que « le système fiscal algérien doit être revu pour relancer l’économie ». La révision intégrale doit vraisemblablement débouché sur une réforme fiscale. Une réforme fiscale qu’attendent les commerçants et industriels en Algérie.  Telle que celle-ci est espérée par les commerçants et industriels en Algérie. Dans notre pays; « nous avons le taux de la TVA le plus faible par rapport à divers pays du monde »; a ajouté l’orateur dans son entretien à Ennahar paru ce mardi 16 juin.

Le représentant des commerçants et industriels du CCIAE invite donc à la réforme fiscale en Algérie. Et d’ajouter : « Nous attendons que le nouveau système fiscal vienne réorganiser plusieurs choses ». Bouabdellah a également appelé à la nécessité « d’établir une base de données statistiques ». Elle concernera « l’économie et l’investissement ». Mais l’interlocuteur du journal algérien demande aussi de « fournir plus d’efforts ».

Cet effort supplémentaire ira dans le sens d’attirer « les investisseurs étrangers ». Il existe des mesures à engager pour inciter les autres à venir entreprendre dans notre pays. L’heure est à « relever le défi et travailler pour attirer plus d’investissement ». Djamel Eddine Bouabdellah a révélé par ailleurs que « l’Algérie a réalisé des gains très importants ». Cela « notamment en ce qui concerne la règle 49/51 ».

Décisions courageuses à prendre en Algérie en plus de la réforme fiscale désirée par les commerçants et industriels

Concernant la politique de soutien des prix; l’orateur a déclaré qu’il est temps de la « revoir ».  L’Algérie a en outre « besoin de décisions politiques courageuses ». Ceci pour relancer l’économie. Ce sera également un atout pour « lutter contre la bureaucratie ». Cette dernière « a brisé l’épine dorsale de toutes les institutions économiques ».

Bouabdellah se prononce aussi à propos de la valeur du dinar. Il prévoit le rétablissement prochain de « la parité du dinar avec l’euro ». Le responsable du Cercle a par la suite abordé le transport maritime. Il s’est prononcé sur la question; dans la même entrevue.

Il a souligné dans ce sillage que « le transport maritime est ouvert en Algérie ». Cependant, « la recherche de partenaires doit être d’actualité ». Dans le secteur des échanges d’ordre touristique entre les deux pays, Bouabdellah a assuré : Il y a lieu d’une « grande et importante coopération touristique entre l’Algérie et l’Espagne »; a-t-il conclu.

Article recommandé :  Algérie : Les impôts et les taxes sur les véhicules en 2020 (Automobile)

Algérie : Le consulat de France annonce la reprise du service l’État Civil

Article précédent

Algérie : voici les chiffres des réseaux sociaux en 2020

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Anciens
Récents Les + votés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Izou

Sage réflexion il faut le reconnaître. Sauf que toute révision doit déboucher sur un + pour le citoyen d’abord et équitable entre le trésor public et les entreprises publiques et privées.