AccueilActualitéAlgérieAlgérie : Ali Haddad au cœur d’un nouveau scandale de 3200 milliards

Algérie : Ali Haddad au cœur d’un nouveau scandale de 3200 milliards

Algérie – De nouvelles investigations conclues par les autorités judiciaires ont révélé des violations techniques et des surfacturations du projet MAO confié à l’ETRHB.

En effet, selon le quotidien arabophone Echorouk qui rapporte l’information, l’enquête menée par les autorités judiciaires a révélé une nouvelle affaire liée au gonflement des factures et aux infractions des réalisations techniques du méga-projet de barrage MAO (Mostaganem, Arzew, Oran), dirigé par le groupe ETRHB de Ali Haddad.

L’achèvement dudit projet a connu un retard de deux ans, alors qu’il devait voir le jour en 2007 en collaboration avec deux sociétés étrangères (Turque et Allemande). Ces entreprises ont décidé tout bonnement de rompre leurs contrats en soumettant un rapport à l’ex-premier ministre, Ahmed Ouyahia, dans lequel elles ont révélé avoir reçu des pressions par le biais de plusieurs ex-hauts responsables du ministère des Finances afin de léguer l’affaire de plus de 3.200 milliards de centimes au groupe ETRHB, propriété de Ali Haddad, actuellement détenu à la prison d’El Harrach, selon la même source. 

Des failles, 10 ans après l’inauguration du MAO

Durant l’été 2019, soit 10 ans après l’inauguration du barrage, les défauts de réalisation ont commencé à apparaître. Plusieurs tuyaux alimentant la zone de Marsa-El-Hadjej à l’est d’Oran ont été touchés par des fissurations répétées, suivies d’explosions tout au long de l’année, toujours selon Echorouk.

Ces explosions sont dues, d’après la même source, à la mauvaise qualité du béton et du fer utilisés dans la réalisation du projet. En outre, l’ETRHB aurait violé de nombreuses normes techniques, notamment la distance et la profondeur requise pour l’installation des tuyaux, indique-t-on.

Déjà condamné deux fois en dehors de l’affaire ETRHB, rappelons que Ali Haddad s’est vu infliger le 10 Décembre dernier, une peine de 7 ans de prison ferme assortie d’une amende de 500.000 DA, dans le cadre de la sulfureuse affaire du « montage automobile » et « le financement occulte de la campagne électorale du 5ème mandant » de l’ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici