AccueilÉconomieAutomobileVoitures d’occasion en Algérie : le vrai état des lieux sur le...

Voitures d’occasion en Algérie : le vrai état des lieux sur le marché

Automobile – Découvrez dans cette édition l’état des lieux sur le marché des voitures d’occasion en Algérie après l’annonce de la reprise des importations des véhicules de moins de 3 ans. Ne ratez rien ce mardi 18 octobre 2022.

Depuis l’annonce du gouvernement algérien, on s’attendait à un chamboulement du marché des voitures d’occasion en Algérie. Vous découvrirez dans cet article le vrai état des lieux. En effet, les journalistes d’Ennahar ont fait une petite visite au niveau d’un marché connu de voitures d’occasions à Bouira. À l’issue de cette visite, les envoyés spéciaux ont constaté que contrairement à ce qui circule sur les réseaux sociaux, la réalité est tout autre.

Dans le détail, au cours de la matinée de mardi, le marché de voiture de Bouira stagne. Alors qu’il est largement fréquenté par les citoyens, ces derniers ne font que s’enquérir des prix. D’autant plus que personne n’achète.

Cette réticence est due au fait que les potentiels acheteurs espèrent une baisse des prix, particulièrement depuis l’annonce du gouvernement algérien, qui vient d’autoriser aux particuliers d’importer des véhicules de moins de 3 ans. 

Cependant, les vendeurs ne veulent pas lâcher du lest. Ils s’en tiennent aux prix qu’ils ont fixés et refusent de vendre au rabais. Cela dit, les prix restent les mêmes que ceux pratiqués durant les dernières semaines et les derniers mois, a-t-on constaté. Une situation qui fait fuir les acheteurs. Car ces derniers attendent avec impatience la publication des conditions d’importations des voitures.

Marché de voitures d’occasion en Algérie : ce qui va changer

Ainsi, les marchés de voitures d’occasion se trouvent pleins de voitures et de visiteurs. Mais personne n’y trouve son compte. Les vendeurs repartent bredouille, tandis que les visiteurs n’étaient là que pour prendre la température. Néanmoins, si cette situation persiste, les vendeurs se verront bien obligés de réduire leurs prix, espèrent les citoyens. Car il ne faut pas oublier que la loi de l’offre et de la demande régit tous les marchés du monde.

En attendant, les citoyens désireux d’acquérir des véhicules s’accrochent à l’idée d’assister à la simplification des opérations d’importations. Ils attendent impatiemment de connaître les vrais coûts de revient de l’achat d’un véhicule de l’étranger. Toutefois, entre les taxes douanières, les droits de transports et le taux de change des devises fortes, il ne faut pas trop s’attendre à casser les prix, soulignent certains.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes