Service national en Algérie : Des députés appellent à dispenser 40.000 « insoumis »

Algérie – Les parlementaires demandent la régularisation de la situation de pas moins de 40.000 jeunes algériens. N’ayant pas rejoint leurs casernes pour effectuer leur service national, ces appelés se sont vu attribués le statut « d’insoumis ».

Des députés de l’Assemblée nationale (APN) se sont adressés au président Abdelmadjid Tebboune. Ils l’ont exhorté de dispenser ces milliers de jeunes du service national en Algérie par décret présidentiel. Les concernés par cette requête sont les personnes nées entre 1990 et 1994. Celles qui sont considérées en position de désobéissance vis-à-vis des lois et réglementations en vigueur.

Dans son édition de ce 9 juin, le quotidien algérien El Khabar a eu au téléphone le député du MSP, Youcef Adjissa. Ce dernier a indiqué que la préoccupation est exprimée par les parlementaires de son groupe et ceux des autres. Elle est venue en réponse aux plaintes des représentants de cette catégorie de la population. Les jeunes « insoumis » espèrent leur délivrance. Ils attendent l’amnistie du chef de l’État les exemptant du service national. Ils sont quarante fois mille, précise le cadre du parti.

Le vice-président du MSP, Adjissa, appelle le président de la République dans une correspondance à « prendre toutes les mesures nécessaires afin que le service national ne constitue plus un obstacle au citoyen; dans le monde du travail et de l’emploi ». Cela en décrétant leur dispense du service national ». 

Des appelés algériens retardataires sollicitent Tebboune

Il y a quelques jours, des jeunes appelés en situation d’irrégularité ont lancé un cri de détresse à Tebboune. Leur demande concerne l’amnistie et la dispense de tous les retardataires. Que ceux-ci ne se soient pas présentés à la visite médicale ou aux centres de mobilisation dans l’armée.

La députée du RND, Louisa Chouiha, espère elle aussi une amnistie présidentielle. Que ce soit pour les retardataires (pas encore mobilisés); ou ceux considérés comme « insoumis ». Cette classe inclut les jeunes âgés de 25 ans et plus. La parlementaire tient également à ajouter : « Les pouvoirs constitutionnels du Premier magistrat du pays; lui confèrent la possibilité de délivrer ces jeunes ».

Service national en Algérie : Ce que dit la Loi algérienne

Rappelons par ailleurs ce que dit la Loi sur le service national. Elle stipule son caractère obligatoire pour tous les citoyens algériens, hommes, qui ont 19 ans révolus. De plus, ne peut être employé dans le secteur public ou privé ou exercer une profession ou une activité libérale; quiconque ne justifiant pas son statut juridique vis-à-vis du service national.

« Notre espoir en vous est grand » que le service national ne soit plus un problème. C’est-à-dire un obstacle pour cette frange de jeunes; lorsqu’ils commenceront à construire leur avenir par le travail. C’est ce que l’on peut tirer des propos de Chouiha dans sa correspondance; adressée à l’homme occupant le palais d’El Mouradia.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes