21.9 C
Alger
21.9 C
Alger
samedi, 25 mai 2024
- Publicité -
AccueilActualitéAlgérieGuerre d’Algérie : Des députés appellent à urger la loi de criminalisation...

Guerre d’Algérie : Des députés appellent à urger la loi de criminalisation de la France

Publié le

- Publicité -

Algérie/France – Face au retard observé sur le projet de loi criminalisant la France pour les génocides commis durant la Guerre d’Algérie et toute la période de colonialisme, des députés Algérien ont sollicité l’intervention du président de la République afin de ré-aborder le dossier de la mémoire et de l’histoire de l’Algérie.

En effet, alors que le projet de loi concernant l’inclusion du 08 mai comme journée nationale de mémoire a été renvoyé auprès de la commissions des affaires juridiques de l’APN; celui de la criminalisation du colon français dans son rôle durant la Guerre d’Algérie a été mis en suspens, rapporte le quotidien algérien Echorouk. Un choix qui a suscité un débat contesté auprès des députés concernant le retard observé sur ledit projet de loi

Les représentants de l’Assemblée populaire nationale (APN) n’ont pas apprécié que l’étude du projet de loi criminalisant le colonialisme soit retardé. Ce dernier devait être renvoyé auprès de la commissions des affaires juridiques de l’APN. Dans ce contexte, le parlementaire, Nacer Hamdadouche, et membre du Mouvement de la Société et de la paix (MSP) a affirmé au média arabophone dans son édition de ce 08 juin; que le projet de la Guerre d’Algérie est une « question d’État et d’opinion publique ». 

- Publicité -

Pour lui, les autorités algériennes doivent aborder le sujet avec la partie française; rappelant que cette dernière n’a pas hésité en 2015 à promulguer une loi glorifiant le colonialisme. L’intervenant a également fait savoir que les députés de l’APN se voient attribuer une opposition de la part de la commission chargée du suivi du projet; à chaque fois où celui-ci ressort pour être négocié.

Guerre d’Algérie : Le projet de loi remis sur la table à maintes reprise

Le pouvoir législatif du pays a toujours manqué de « souveraineté »; a regretté le membre du MSP lors de son interview accordée au quotidien d’expression arabe. Le député a signalé, au passage, que toutes les lois qui entrent dans la phase de discussion, ne sont autres que des lois proposées par le gouvernement. 

Les déclarations du parlementaire accusent sèchement la tête du Parlement, qui selon lui, contrôle les revendications du représentant du peuple algérien. Dans ce sens, Hamdadouche a appelé le président de la République, Abdelmadjid Tebboune; à intervenir pour régler une bonne fois pour toutes la question de la mémoire.

- Publicité -

De son côté, Lakhdar Benkhellaf a affirmé avoir renvoyé encore fois ledit projet au gouvernement. Selon lui, c’est le moment opportun, vu les récentes accusations et insultes émanant de la France. Le député estime que le projet a été rejeté à plusieurs reprises par les présidents du Conseil; sous prétexte que l’ex-président de la République avait des affinités avec l’Hexagone; assurant que cette fois-ci 120 députés ont signé une pétition visant à renvoyer le projet.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -