France : Un sans-papier Algérien sauve une femme d’un incendie

Un sans-papier algérien en France a fait preuve de bravoure en ayant accompli un geste terni de courage et d’humanité. Grâce à l’intervention louable de ce trentenaire vivant clandestinement sur le sol français, une citoyenne de 92 ans, victime d’un incendie domestique, a la vie sauve aujourd’hui.

Un algérien âgé de 29 ans a secouru le 15 du mois en cours et dans un contexte de confinement général, une vieille-femme de plus de 90 ans, bloquée au milieux des flammes; en l’extrayant de son appartement dévoré par le feu, dans la commune de La Grand-Combe situé dans le département du Gard, rapporte le journal français Le Midi Libre.

Il s’agit d’un jeune homme répondant au nom de Houari Hakiki, ayant quitté Oran, dont il est originaire, il y a une dizaine d’années, pour rejoindre l’Hexagone, a procédé au sauvetage, en compagnie d’un ami à lui, d’une nonagénaire prise au piège dans son habitation enflammé. Sans avoir attendu l’arrivée des secours sur les lieux, les deux hommes ont défoncé la porte et ont pénétré, au péril de leurs vies, dans le logement afin de ramener à l’extérieur la retraitée en danger de mort.

Une fois que la personne en détresse hors-danger, et anticipant le débarquement des forces de sécurité en parallèle de celui des services de secours, le sans-papier a pris la fuite pour échapper au contrôle d’identité qui mettra en lumière son séjour illégal sur le sol français, et a donc laissé aux soins de son compagnon la tâche de confier la nonagénaire aux urgentistes, souligne le quotidien régional.

En récompense à la noblesse de son geste, Houari sera naturalisé

Au profit du jeune homme qui a déclaré avoir agi  « comme si c’était » sa propre « grand-mère. le maire de La Grand-Combe, Patrick Malavieille; a décidé de prendre une mesure exceptionnelle. Le responsable a annoncé ce 24 avril le placement de Houari en « protection administrative »; en vue de l’engagement des procédures légales de sa naturalisation.

Le premier responsable de la commune a signalé qu’on « parle parfois de la jeunesse avec un a priori, ou alors on évoque les jeunes dans les pages des faits divers où ils ne sont pas toujours à l’honneur. Cet événement met en valeur le courage et la bravoure »  à travers un geste « de sauver une vie; que l’on soit français, ou pas, nécessite une attention particulière ».

D’autre part il convient de rappeler que le sans papier Algérien en France, à l’image de Houari Bakiki, ne peut à présent ni regagner son pays, ni demander la régularisation. S’il travaille, il le fait au noir. Par conséquent, et en ce temps de quarantaine il se retrouve licencié en se voyant exclu de toute assistance des pouvoirs publics. C’est de cette façon qu’un article de Libération a parlé d’un basculement de ces migrants clandestins; qui sont passés d’un statut de sans-papiers (privés de cartes de séjour) à celui de sans-ressources (privés de revenus financiers).

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes