Restructuration d’Air Algérie : les instructions du ministre des Transports

Algérie – Un plan de réforme visant la restructuration d’Air Algérie a été introduit par le ministre des Transports. On vous présente ci-dessous les sept (7) directives annoncées, ce 26 septembre 2021.

Dans le cadre du prolongement des réunions prévues avec les responsables d’Air Algérie, le ministre des Transports, Aissa Bekkai a abordé ce jeudi les moyens de restructuration et de dynamisme des activités de la compagnie nationale. Voici les sept (7) instructions dévoilées à travers le communiqué du ministère.

En premier lieu, afin d’accorder la plus haute importance à tous les aspects de la compagnie et hisser Air Algérie au rang des grandes compagnies, la première recommandation a traité la création de branches spécialisées. Ainsi, pour s’auto-suffire, il est nécessaire de créer différents domaines liés à l’intervention du transport. Par exemple, le domaine de la formation.

En second, la lumière a été mise sur la diversification des sources de revenus de l’entreprise. Troisièmement, on indique que le ministre a mis l’accent sur un usage plus efficace du facteur humain. Cela en absorbant le surplus enregistré au niveau du nombre total de travailleurs, précise-t-on.

Voici la suite des instructions du ministre Aïssa Bekkai à Air Algérie 

En quatrième position vient la gestion des différentes structures de base de la compagnie aérienne. En d’autres termes, repenser l’activité des agences commerciales. Celles qui se trouvent sur l’ensemble du territoire national.

Ensuite, le cinquième point vise en particulier à améliorer les prix exercés par le transporteur national. Pour en dire plus, il exige une révision complète des prix des billets. Surtout envers les dessertes intérieures vers le sud. Car les autorités, dorénavant, mettent en exergue le tourisme dans le désert algérien.

Puis, sixièmement, le responsable du secteur du commerce en Algérie révèle que pour faciliter le transit des voyageurs étrangers une directive doit être considérée. C’est-à-dire œuvrer à achever le dossier qui permettra aux passagers provenant de l’extérieur du pays de se déplacer par les compagnies aériennes dans le territoire national. Et ce, directement à l’aéroport intérieur sans avoir à le quitter, explique-t-on.

Enfin, en dernière position, la 7e directive compte sur la préparation d’un plan d’action qui se focalise sur des mécanismes concrets. Qui plus est, un calendrier précis avec des objectifs à court, moyen et long terme. Mieux encore, cela se fera avec la consultation de partenaires sociaux dans les futures options stratégiques.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes