VIDÉO. Un réseau algérien de fabricants de faux papiers arrêté en Europe

Europe – Un nouveau réseau algérien a été interpellé pour trafic de faux papiers dans le Vieux continent. Cela s’est déroulé exactement en Espagne. Découvrez-en plus à ce propos, ce 09 octobre 2021.

Il s’agit effectivement d’une affaire de trafic avec vol et modification frauduleuse de documents européens. Ou encore de vente de faux papiers. Dans les filets de la police espagnole avec l’aide de la Guàrdia Urbana ( police municipale de Barcelone), ainsi qu’Europol, un réseau algérien lié à ce business de faux papiers.

En se basant sur les faits relatés par le média espagnol El Taquígrafo, on stipule que ce réseau s’est servi de mineurs pour le vol de passeports et cartes d’identités. Ces pièces sont remises alors aux chefs de ce groupe criminel. C’est de cette façon que l’organisation criminelle procède à la falsication, puis à la vente au sein du marché noir.

Ainsi, le réseau basé sur le quartier barcelonais, Ciutat Vella, a pu être démantelé après presque une année d’enquête. Suite à l’arrestation et l’investigation menée sur les trois personnes inculpées, on a découvert d’autres groupes en Europe dépendant de l’organisation criminelle. Il est alors question d’un colis trouvé en Grèce par exemple. 

Plus de 2.000 documents volés retrouvés

En Grèce déjà, les services concernés ont réquisitionné 65 documents volés. En tout, on a saisi 2.000 pièces d’identité. C’est après perquisition des domiciles des prévenus. C’était également à Barcelone. À cela s’ajoute l’interception de 13.000 euros en espèces. 

En outre, on a confisqué plus de 25 terminaux mobiles, utiles pour la communication entre le réseau. De surcroît, les enquêteurs ont pu s’emparer d’une arme interdite et d’une importante quantité de matériel et d’outils exploité dans la falsification, rapporte le même site.

Par ailleurs, il sied tout de même de rappeler l’accord accord mis en œuvre. Son but est d’expulser les harragas algériens (migrants clandestins). L’Algérie et l’Espagne l’ont conclu. Ce sera donc 300.000 euros que les autorités algériennes auront à débourser auprès de la société de transport maritime espagnole. Le retour pour ces voyageurs illégaux se fera à partir de Alméria vers Ghazaouet, a-t-on expliqué.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes