22.9 C
Alger
22.9 C
Alger
dimanche, 14 juillet 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieRamadan 2022 en Algérie : vers la baisse des prix des produits...

Ramadan 2022 en Algérie : vers la baisse des prix des produits alimentaires ?

Publié le

- Publicité -

Algérie – Les marchés connaîtront bientôt une stabilité des prix après la flambée qu’ils ont connue en ce début de mois de Ramadan 2022. Retrouvez plus de détails dans la suite de notre édition du 07 avril 2022. 

En ce début de mois de Ramadan 2022, le citoyen s’inquiète pour les prix et la disponibilité de plusieurs produits alimentaires à large consommation en Algérie. En effet, depuis quelques jours, le tarif de certaines denrées est devenu inabordable pour de nombreux ménages. Une hausse spectaculaire qui s’explique par le manque de marché de proximité qui permettrait de stabiliser les prix. 

Tout à fait, en dépit d’un approvisionnement suffisant du marché national en produits à large consommation. Celui-ci a été annoncé par les pouvoirs publics. Le consommateur algérien fait face à une rude flambée des prix au cours de la première semaine du mois sacré. Il est devenu difficile pour un ménage de remplir son couffin. Alors que les tarifs des fruits et des légumes sont déjà élevés. 

- Publicité -

Autres produits à surveiller : les viandes. Le prix de la viande rouge à augmenté d’environ 350 dinars durant les trois premiers jours de Ramadan. Tandis que le poulet a enregistré une hausse qui a atteint les 100 dinars dans le marché. Dans le même sillage, le lait en sachet subventionné a crié une véritable polémique. Son prix est passé de 35 à 65 dinars dans plusieurs régions du pays. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk

Algérie : vers une baisse des prix pour cette raison 

Par ailleurs, il est de coutume que le mois sacré soit synonyme de flambé généralisé des prix en Algérie. Et c’est encore plus en cette année. Les fruits et légumes, les viandes rouges et blanches et les poissons sont inaccessibles. Cela malgré les tentatives du ministère de tutelle d’inonder le marché en denrées nécessaires. Ce qui devait entraîner des baisses des prix. Mais apparemment le diktat des spéculateurs a fini par s’imposer. 

Toutefois, notre source indique que tous les indicateurs affirment un retour vers le prix normal dans les jours à venir. Cela en raison de l’abondance de produits alimentaires à large consommation. Dans ce contexte, l’État a également mobilisé plus de 8.000 agents pour surveiller les marchés pendant ce mois de Ramadan. Et ce, afin de protéger le consommateur algérien et l’économie nationale.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -