Prix des billets d’Air Algérie : Chaabna pousse un coup de gueule (vidéo)

Algérie – L’ex-député de l’émigration, Samir Chaabna, se plaint des prix des billets d’Air Algérie. Découvrez tout, ce 21 septembre 2021.

En réalité, le prix des billets exercé par Air Algérie n’est pas le seul point qui tracasse l’ancien député responsable de la diaspora algérienne. Il est en effet question de plusieurs problèmes liés à la situation de la compagnie nationale en période de pandémie de la Covid-19. Ainsi, sa gestion de cette crise sanitaire est la principale préoccupation de Chaabna. C’est selon l’entretien qu’il a accordé à Dz News.

Effectivement, depuis la réouverture partielle des frontières aériennes, la tarification d’Air Algérie suscite souvent la plainte des usagers. Mais aussi celles hauts responsables. Par conséquent, le transporteur national justifie la cherté de ses billets par son long arrêt qui lui a causé des pertes financières importantes. 

Cependant, l’ex parlementaire explique que le déficit « abyssal » d’Air Algérie ne doit être en aucun cas rejeté sur ses clients. Comme le fait la compagnie en augmentant ses prix. D’ailleurs, Chaabna souligne que pendant que les autres compagnies aériennes survolaient l’Algérie, les avions ornés du logo rouge séjournaient à l’aéroport Houari Boumediènne.

Plus de détails de l’entrevue avec Chaabna

Selon la vidéo relayée par la même source, Samir Chaabna a précisé qu’au moment où la communauté algérienne à l’etranger appelait Air Algérie à programmer des vols, ses concurrents opéraient des vols en direction de l’Algérie. Ici, il mentionne par exemple Air France, Alitalia, Turkish Airlines, ou aussi Lufthansa, précise l’ex-parlementaire.

Dans ce sillage, Chaabna s’interroge sur la suspension à ce moment-là des activités de la compagnie nationale. Puis, il insiste sur le fait que les voyageurs algériens ne doivent pas être mêlés à la faillite d’Air Algérie. De ce fait, sachant que l’Algérie n’accueille pas beaucoup de touristes, la diaspora algérienne représente 90 % de sa clientèle, rappelle-t-il.

Pour conclure, l’exmembre de l’APN souhaite voir les promesses des autorités concernés concrétisées. Cela par rapport au nouveau plan d’action établi par le gouvernement. Car à cette occasion, la communauté attend des réponses à plusieurs de ses préoccupations. À l’instar de l’ouverture des banques en dehors de l’Algérie ou la création d’une compagnie à bas prix pour stimuler la concurrence et baisser les prix, a-t-il terminé.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes