France

Ouverture des mosquées : La France accusée de « discrimination » envers les musulmans

0
ouverture mosquée france
S'abonner :

France – Le Premier ministre français a affirmé, lundi 4 mai, qu’il est envisageable de ramener la reprise des offices religieux en France de la date du 2 juin initialement communiquée à celle du 29 mai. « Cela arrange les fêtes juives et chrétiennes, mais pas Aïd el-Fitr séparé d’elles de tout juste 4 jours », s’insurge la Grande mosquée de Paris.

« J’avais indiqué qu’il faudrait attendre le 2 juin pour que des offices et des prières ouverts aux fidèles puissent à nouveau se tenir dans les lieux de culte »; a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe au Sénat français, soulignant qu’il est conscient du fait que la période allant du 29 mai au 1ᵉʳ juin correspond, à des dates importantes du calendrier religieux de divers cultes; faisant par là allusion à la fête de Chavouot célébrée par les juifs du 29 au 30 mai; et à la Pentecôte célébrée par les chrétiens catholiques et protestants, le 31 mai.

Ce mardi, un communiqué de la Grande mosquée de Paris (GMP) scandalisée par ce retournement; vient indiquer qu’elle « a annoncé, au lendemain de la présentation du « plan de dé-confinement » par le Premier ministre; alors que le Ramadan venait de débuter, l’annulation de la prière de l’Aïd prévue probablement le 24 mai. Cette décision fut prise après que les pouvoirs publics eurent décidé d’interdire la tenue de toute cérémonie religieuse avant le 2 juin 2020. »

« Si nous tenons à exprimer aujourd’hui notre stupéfaction et notre déception, poursuit le document, c’est en raison de revirements inexpliqués par l’exécutif; qui annonce l’éventualité de célébration d’offices religieux au sein des lieux de culte avant la date prévue, soit dès le 29 mai; pour permettre l’organisation de cérémonies religieuses liées aux fêtes juive et chrétienne de la Pentecôte ».

Le cas échéant, la GMP interpellera la justice

La Grande mosquée de Paris ajoute que « cette décision qui se dessine installerait de fait une inégalité entre les citoyens. Les musulmans ne comprendraient pas cette mesure inique du « deux poids deux mesures »; la fête de l’Aïd n’étant séparée de la Pentecôte juive et chrétienne que de quatre jours ». 

« Si cette « dérogation » venait à être accordée aux autres communautés religieuses à compter du 29 mai 2020, lit-on sur le texte; ce qui de facto exclurait la communauté musulmane; la GMP demandera instamment aux pouvoirs publics de fixer le 24 mai comme date de reprise de célébration des cérémonies religieuses pour tous les lieux de culte sans exclusion »

« A défaut, la Grande Mosquée de Paris se verra malheureusement dans l’obligation d’user de tous les moyens légaux pour défendre les intérêts moraux des musulmans de France. Elle étudiera notamment la possibilité d’une saisine des juridictions compétentes pour dénoncer un fait grave de discrimination manifeste. »; menace la GMP.

Article recommandé :  Coronavirus : Les Algériens morts en France risquent « l'incinération »

Loterie DV 2021 : L’Ambassade Américaine fixe la date du résultat

Article précédent

Relance du projet Almarai en Algérie : Rezig persiste et signe

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.