Ouverture des frontières suspendue : Les agences de voyages Algériennes en crise

Algérie – La suspension de l’ouverture des frontières déstabilise la fondation économique, notamment l’infrastructure touristique où les cris d’agonie des agences de voyages se multiplient.

L’aspect persistant de la pandémie en Algérie, annonce une déchéance économique des plus ardues, surtout dans le secteur touristique. En effet, suite à la suspension de l’ouverture des frontières, les agences de voyages vivent une impasse sans précédent; et sont confrontées à un dilemme existentiel. 

Effectivement, l’inactivité du corps aérien a engendré des dommages collatéraux à l’industrie touristique. Les agences de voyages coulent sous les dommages de la faillite, suite à la fermeture des frontières; une décision qui a fragilisé leur immunité dépendante de toute une chaîne de segmentation. Cette dernière fait office de jonction entre les servitudes proposées par les hôtels et les restaurants, qui alimentent favorablement le rendement des agences de voyages. 

Par ailleurs, et en se référant à un témoignage publié par le média Liberté Algérie, la question de régression fonctionnelle a été évoquée. Le concerné étant propriétaire d’une agence de voyages à Oran, explique que la crise sanitaire n’a fait qu’accentuer l’inactivité touristique; souffrante depuis le déclenchement du mouvement de Hirak, ainsi que l’élection présidentielle. Il poursuit en indiquant que l’alarme a été sonnée, une fois le trafic aérien fut suspendu d’abord avec la Chine; puis avec toute autre destination à trait touristique, d’affaire ou en encore religieux. 

Maintien de la fermeture des frontières : les agences de voyages croulent sous l’endettement 

Obérées par l’annulation des vols, notamment ceux de la Omra; les offices touristiques n’arrivent plus à rembourser, les frais de réservation des voyagistes. Malgré l’accord établi entre les touristes et les complexes hôteliers; l’option de remboursement en liquidités est exclue, a confié le gérant susmentionné. 

En sus, le même interlocuteur a stipulé que leurs coordinateurs de l’étranger, envisagent une restitution monétaire, une fois la machine d’activité relancée. Une posture désavantageuse pour les agences de voyages auprès de leurs prospects qui réclament un remboursement en période d’inefficacité. 

En outre, il est à noter que les transporteurs aériens ne leur facilitent pas non plus la tâche; en paralysant le système de remboursement des billets d’avion. A cet effet, le Syndicat national des agences de voyages (SNAV) a sollicité les autorités supérieures, afin d’établir une stratégie pour secourir ce secteur de voyage qui s’effondre sous la pression de déconfiture.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

error: Contenu protégé