12.9 C
Alger
12.9 C
Alger
mardi, 23 avril 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileImportation de voitures et construction automobile en Algérie : tout ce qui...

Importation de voitures et construction automobile en Algérie : tout ce qui va se passer en mars

Publié le

- Publicité -

Algérie – Dans cette nouvelle édition du dimanche 5 mars 2023, Dzair Daily rapporte pour vous tout ce qui va se passer en mars concernant l’importation de voitures neuves et celles d’occasion ainsi que la construction automobile locale. 

Suite aux dernières instructions du président, au sujet de l’importation et de la construction de voitures en Algérie, le secteur automobile s’apprête à reprendre vie. En effet, ce dossier a beaucoup progressé, ces derniers mois, en faveur du consommateur algérien. Si vous voulez connaître plus de détails à ce propos, nous vous invitons à lire l’intégralité de cet article. 

Après des années de déséquilibre au niveau du secteur automobile Dz, des signes positifs commencent à apparaître. Et cela, notamment après la publication du décret exécutif lié à l’importation de voitures d’occasion de moins de trois (3) ans. Les Algériens espèrent désormais se procurer des véhicules à moindre coût. 

- Publicité -

De son côté, le président de l’APOCE, Mustapha Zebdi, a estimé que la soumission de 27 licences préalables dans le domaine de l’importation de véhicules est « un bon chiffre ». Cela, tout en rassurant que l’entrée des véhicules neufs sur le marché national ce mois de mars n’est possible que si l’importation coïncide avec le début de la fabrication locale des modèles Fiat. 

Importation et construction de voitures en Algérie : voici ce qu’en pensent les Algériens

En effet, plusieurs internautes ont apprécié ces nouvelles mesures, espérant que le dossier des véhicules en Algérie soit enfin réglé. « Concernant les véhicules, fabriqués en Algérie ou importés, nous n’avons toujours pas vu ça sur le terrain. Ces engins peuvent être à la portée de tous les Algériens, alors pourquoi devrions-nous anticiper les événements ? », a écrit l’un d’eux. 

Tandis qu’une autre intervenante a regretté le fait de n’avoir pas cru les promesses des autorités auparavant. Pour illustrer ses propos, celle-ci a donné l’exemple des logements AADL. « Lorsque le projet a été lancé en 2013, beaucoup étaient pessimistes au point de ne pas s’inscrire, moi avec eux » dit-elle

- Publicité -

« Aujourd’hui, la plupart ont bénéficié de ces appartements et moi, je galère toujours avec la location », a-t-elle encore regretté. « Par conséquent, j’ai appris une leçon importante, qui est de croire toutes les promesses jusqu’à preuve du contraire » conclut-elle.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -