Importation de voitures en Algérie : Le porte-parole du gouvernement précise

Algérie – Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, donne des précisions au sujet de l’importation de voitures en Algérie, et critique les anciennes usines.

En effet, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer en l’occurrence, estime que la pression, dont fait preuve le dossier de l’importation de voitures en Algérie, reviennent à la récession du marché de l’automobile dans le pays, rapporte la Radio nationale.

De ce fait, le même responsable indique que le marché de l’automobile en Algérie est entré dans une profonde récession, en raison de l’héritage des usines de « gonflement de pneus », a-t-il précisé. Cela, suite aux dégâts qu’elles ont causés pour l’économie nationale, sans, pour autant, faire profiter le citoyen.

| Lire aussi : Importation de voitures neuves en Algérie : le processus étape par étape

Ainsi, le ministre Belhimer a donné plus de détails lors d’un entretien avec le journal El Djoumhouria. Il a expliqué que le dossier d’importation des voitures est traité par un Comité technique spécialisé. Ce dernier serait présidé par le ministre de l’Industrie. Ceci, afin de garantir l’approvisionnement du marché national en automobile selon le besoin exprimé. Tout en veillant à protéger les intérêts du citoyen. Mais aussi l’économie nationale.

De plus, le porte-parole a indiqué que le gouvernement a revu les conditions du nouveau cahier de charges. Selon lui, l’Exécutif l’a fait d’une manière qui sert l’intérêt général. Mais aussi, qui veille à l’instauration d’une véritable industrie automobile. L’agrément d’importation de voitures, notons-le, se trouve conditionné par la mise en place d’unités de production dans le futur.

| Vous aimerez lire : Importation de voitures d’occasion en Algérie : La raison du gel

Finalement, il ajoute que le secteur d’investissement en Algérie sera aussi préparé. Cela, avec la mise en place d’un ensemble de textes juridiques par le gouvernement. De ce fait, les différents secteurs travaillent en étroite collaboration avec les différents partenaires. Ceci, afin de préparer et publier ses nouveaux textes juridiques, indique la même source.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes