Importation de voitures d’occasion en Algérie : La raison du gel

Algérie – Le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Aït Ali Braham en l’occurrence, s’est exprimé sur la raison derrière la décision du gel de l’importation de voitures d’occasion en Algérie. 

Alors que le flou règne encore sur la décision du gel de l’article 110 de la Loi de Finances 2020 relatif à l’importation en Algérie de voitures de moins de trois (03), ans dites d’occasion, le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Aït Ali Braham est revenu sur le sujet, le 21 janvier dernier. Ainsi, il a tenu à apporter de nouvelles précisions à cet égard. 

C’est en effet ce qu’a indiqué le quotidien généraliste, Echorouk, dans un article paru ce dimanche 31 janvier. Selon le média arabophone, le premier responsable du secteur de l’Industrie en Algérie a tenu à lever le voile sur la raison derrière la décision du gel de l’article susmentionné. 

Tout en indiquant que l’importation de voitures neuves est plus bénéfique pour le Trésor public, le ministre a fait savoir que l’importation de voitures d’occasion éprouve plusieurs difficultés. Dans le chemin de l’importation qui est parsemé d’embûches, chose qui peut s’avérer problématique, d’après lui, est la réglementation bancaire algérienne.

Celle-ci n’autorise guère le transfert des fonds de transactions provenant du marché noir sans factures. Cela va sans dire. Selon le ministre, l’importation de voitures de moins de trois ans ne peut pas avoir lieu. En termes plus clairs, le marché informel bloque cette activité dans tous les sens. 

Ce qu’il faut savoir sur la délivrance des licences provisoires aux concessionnaires 

Selon la même source, le ministère de l’Industrie a déjà annoncé l’octroi des premières licences provisoires d’importation de véhicules neufs. Après examen, quatre concessionnaires (04) ont réussi à les obtenir. Les dossiers de ces derniers répondent aux conditions fixées dans le cahier des charges, selon le département d’Ait Ali.

Jusque-là, celui-ci refuse d’avancer les noms des opérateurs concernés. Dans le même sillage, le ministère a assuré que les dossiers des concessionnaires, encore posés sur la table en attendant des réponses, seront, eux aussi, examinés.

Leur étude dépend de la date du dépôt de dossier. C’est en tout cas ce qu’a indiqué la même source. Il convient de rappeler par ailleurs que le ministre, Ferhat Aït Ali, a apporté des éclaircissements concernant les délais d’importation de voitures neuves.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes