Importation de voitures en Algérie : 5 ministères mobilisés pour débloquer le dossier

Algérie – Depuis la suspension de l’importation des voitures et l’interruption des usines d’assemblage, la demande est de plus en plus soutenue, ce qui a poussé le ministre de l’Industrie à mobiliser 5 ministères afin de débloquer la situation. Plus de détails ce mardi 8 février 2022.

L’importation des voitures en Algérie connaît un ralentissement depuis plusieurs années. En effet, le marché local n’a presque pas été approvisionné depuis déjà quatre (04) ans. À cela s’ajoute l’arrêt des usines d’assemblage depuis deux (02) ans. Ce qui fait que la demande est de plus en plus constante. Ainsi, le secteur peine à se relever. De ce fait, le ministre de l’Industrie vient d’annoncer la mobilisation de 5 ministères pour résoudre le dossier d’importation de voitures en Algérie.

Dans le détail, afin de remettre le marché de l’automobile sur les flots, le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, s’est exprimé. Il a indiqué que le dossier de l’automobile. En particulier, celui de l’importation des voitures est actuellement étudié par 5 ministères au sein du gouvernement. À savoir l’Industrie, l’Énergie et les Mines, les Finances et le Commerce. Ainsi que le ministère de l’Intérieur et les Collectivités locales.

En outre, Il faut savoir que 73 demandes d’importation ont été déposées par les concessionnaires automobiles agréés. En sus, 46 recours sont déjà en attente d’une réponse de la part du comité technique. À ce sujet, le ministre a aussi indiqué que le cahier des conditions d’importation des véhicules à été modifié. Il sera prochainement publié.

Dans ce même contexte, le même responsable a annoncé que dans le cadre de l’étude du dossier automobile, la priorité sera donnée à la fabrication locale des véhicules et de leur montage. Soulignant que l’Algérie est en pleine négociation avec les géants du secteur. Et ce, afin de développer la production locale.

Les particuliers, en mesure d’importer des véhicules à titre personnel

Par ailleurs, lors de son passage sur les ondes de radio Algérienne, Zeghdar a également rappelé que les particuliers peuvent tout à fait importer des voitures en Algérie. Cela dit, concernant la hausse vertigineuse des prix, le ministre a indiqué qu’il revenait au ministère du Commerce de mettre en place le taux de marge bénéficiaire et non au ministère de l’Industrie.

En outre, cette montée des prix est aussi due, selon le ministre, à l’envolée des prix des matières premières utilisées dans la fabrication des voitures. Néanmoins, la commission des 5 ministères qui étudie actuellement le dossier fera en sorte d’accélérer les décisions. Bien que ces dernières soient freinées par la pandémie. Mais aussi, par les nombreuses réserves des textes juridiques applicables.

Il est à noter que les prix des véhicules ont augmenté de 200 % au cours des quatre (04) dernières années. Cela, en raison des déséquilibres cités précédemment. Ceux qui ont induit une augmentation de la demande par rapport à l’offre. Mais aussi un retard de délivrance de licences d’importations, comme le rapporte le quotidien Echorouk.

Cependant, la commission technique chargée d’étudier les dossiers d’homologation continue de le faire actuellement. Il est vrai que le nouveau cahier des charges n’a pas encore été publié. Cela dit, les modalités de traitement des dossiers d’importation des voitures en Algérie. Celles menées par les ministères soulèvent des questions concernant la poursuite de ces procédures.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.