AccueilÉconomieAutomobileImportation voitures Algérie / LF 2023 : les amendements adoptés à l’APN...

Importation voitures Algérie / LF 2023 : les amendements adoptés à l’APN et ceux rejetés

Automobile – Dans cette nouvelle édition du mardi 22 novembre 2022, Dzair Daily rapporte pour vous tous les détails concernant les amendements de la LF 2023 adoptés et ceux rejetés par l’APN en matière d’importation de voitures en Algérie. Restez branchés pour en savoir plus !

En effet, les représentants de l’APN ont statué, hier mardi, au sujet les amendements qui ont touché certains articles de la loi de finances (LF) 2023 concernant l’importation des voitures en Algérie. Il s’agit là de ce que rapporte le média généraliste Ennahar dans son nouveau numéro. Pour plus de détails, nous vous invitons à lire l’intégralité de cet article. 

Dans le détail, les membres de l’APN ont approuvé comme ils ont rejeté différents amendements qui ont touché la LF 2023. Parmi les amendements rejetés par les députés figuraient ceux liés à l’autorisation d’importer des voitures de moins de trois ans par les Algériens vivant à l’étranger. 

Selon la même source, les députés ont fait savoir que ces derniers peuvent importer une voiture. En revanche, ils seront obligés de la reprendre avec eux une fois le séjour terminé. D’un autre côté, les membres de l’APN ont rejeté le décret lié à l’importation d’un certain type de voitures. À savoir diesel ou hybrides électriques diesel.

Et ce, en raison des risques que ces véhicules présentent pour l’environnement. Cependant, ils appellent à une remise en cause des taux de droits et des tarifs réduits. Cela, pour les voitures électriques, les voitures à essence ou pour l’hybride essence-électrique. Ce n’est pas tout ! Retrouvez plus de détails dans la deuxième partie de cet article. 

LF 2023 : voici plus de détails sur les amendements apportés 

Les députés ont par ailleurs voté afin d’autoriser l’importation de voitures avec un moteur essence ou hybride essence et électricité. Ces dernières sont destinées à la consommation et importées par les particuliers résidents une fois tous les trois ans. Sachant que l’amendement visant à réduire de 80 % les droits et redevances pour les voitures électriques a été accepté.

Quant aux voitures à essence ou hybrides essence et électrique dont la cylindrée est de 1.800 centimètres cubes, la réduction prévue est inférieure à 50 %. En outre, le ministre de l’Industrie, Ahmed Zaghdar, a mis fin aux nombreuses interrogations sur la date d’entrée de la première voiture en Algérie.

Selon lui, l’entrée de la première voiture dépend de l’engagement des investisseurs envers le cahier de charges. Le ministre a également indiqué que l’octroi du premier agrément pour l’importation de voitures est lié au respect des conditions. Tandis que les prix des voitures sont liés au coût d’achèvement et d’importation.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes