AccueilScoop et PeopleDifficultés de faire des publicités en Algérie après l’affaire Future Gate :...

Difficultés de faire des publicités en Algérie après l’affaire Future Gate : Mourad Oudia précise

Algérie – Les retombées de l’affaire Future Gate sont bien visibles, selon Mourad Oudia les influenceurs rencontrent, aujourd’hui, des difficultés pour faire de la publicité dans notre pays. L’artiste le sujet dans un sketch. Retrouvez plus de  détails ce dimanche 06 février 2022.

Le sens premier de la publicité est le public. Elle consiste notamment à exercer une action sur un public. Cela dans le but de lui vendre un produit, une idée ou encore une action. Elle sert également à promouvoir des institutions et des organisations. En Algérie, beaucoup excellent dans ce domaine, parmi eux figurent Mourad Oudia et les influenceurs accusés dans l’affaire Future Gate. Il s’agit de Numidia Lezoul, Rifka et Stanley. 

En effet, les influenceurs algériens s’épanouissent, aujourd’hui, dans un pays où la jeunesse est ultraconnectée. Ces personnalités suivies par un large public bombardent quotidiennement leur réseaux sociaux de story. Ces dernières mettent souvent en avant des hôtels, des restaurants, des vêtements et divers produits. Au fait, les entreprises cherchent à toucher leurs clients à travers ces visages très connus. 

Quand la publicité respecte le consommateur et lui donne des informations utiles et véridiques, elle rapporte sans doute des effets positifs. Parfois, pour l’économie du pays en général. Par contre, dans le cas où elle est mensongère, elle abuse de la confiance des gens et de leur crédulité. En Algérie, le gouvernement a décidé au mois d’avril 2021 d’attribuer un statut légal aux influenceurs. Ces derniers sont désormais soumis à une réglementation.  

La fin des influenceurs serait-elle envisageable après l’affaire Future Gate ? 

Connu pour son sens de l’humour aussi particulier, Mourad Oudia a fait référence à l’affaire des étudiants arnaqués par l’agence fictive. Cette dernière a fait réagir les utilisateurs des réseaux sociaux dans notre pays. D’autant plus que trois influenceurs très populaires se trouvent sur le banc des accusés. Au fait, le comédien algérien a particulièrement évoqué les conséquences de méfiance entraînées par l’affaire Future Gate sur son travail. 

Dans le détail, l’acteur algerien a partagé une série de storys sur son compte Instagram. Dans celle-ci, il a excellé dans une scène comique très expressive. Alors, il joue le négociateur d’un contrat publicitaire avec une entreprise. Au cours de cet entretien téléphonique fantaisiste, Mourade Oudia demande si tout était légal. En référence à l’agence Future Gate qui a profité de la « naïveté » de 75 étudiants. 

Par ailleurs, l’auteur du mini-film DZ’ambie a expliqué que cette nouvelle année s’annonce très difficile. Selon lui, il y a trop de négativité sur les réseaux sociaux. Serait-elle alors la fin des influenceurs ? La réponse de Oudia semble être non. Dans ce sillage, il paraît qu’il reste toujours positif et déterminé à aller de l’avant malgré la conjoncture actuelle.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @charisma_dz

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes