Automobile Algérie : le prix des voitures d’occasion ce mardi 14 septembre

Automobile – Au vu de la crise présente sur le marché national, l’achat d’un véhicule est devenu quasi-inaccessible pour beaucoup de citoyens. Voici un bref exposé des prix des voitures d’occasion en Algérie ce mardi 14 septembre 2021.

Dans un marché automobile en route pour redémarrer dans l’attente de la délivrance des agréments, les prix des voitures d’occasion en Algérie ne cessent d’augmenter. Cela, au grand dam des Algériens désireux de se procurer un véhicule automobile qui convient à leur porte-monnaie, souvent humble. Voici sans plus tarder les prix des véhicules usagés affichés sur les sites Web spécialisés.

Effectivement, face à la suspension de l’importation de voitures et la pénurie de ces dernières. Il n’est pas surprenant que le prix des véhicules d’occasion ait flambé. En effet, des voitures ayant plus de 6 ans, se commercialisent à des prix exorbitants dépassant les 120 millions de centimes. On cite à titre d’exemple la berline, Dacia Logan, immatriculée 2015 qui se vend à 185 millions de centimes.

D’autre part, un détenteur d’une Ibiza datant de l’année 2011, la propose au prix de 140 millions de centimes. C’est de toute manière ce que rapporte le média arabophone Ennahar dans son édition de ce lundi. Il en va de même pour les prix des voitures neuves jugés frileux et faramineux par le citoyen algérien. On donne en exemple le prix de la Picanto qui a atteint les 400 millions de centimes de dinars.

Automobile : les raisons de la hausse des prix des voitures selon l’économiste Si Mohammed

On évoque également la Renault Symbol, dont le prix n’est pas à moins de 258 millions de centimes. Ou encore la Nissan Micra au prix qui dépasse les 300 millions de centimes. Ainsi, l’économiste Kamel Si Mohammed s’est prononcé sur ce qui a provoqué cette hausse vertigineuse. Selon lui, on peut résumer les causes en la suspension de l’importation des voitures et le déséquilibre entre l’offre et la demande.

Mais également, en raison de la spéculation pratiquée par certaines personnes spécialisées dans la revente des voitures d’occasion. En outre, le professeur de l’économie a déclaré au média susvisé que la baisse des prix de voitures d’occasion est conditionnée par la relance de l’activité des importateurs automobiles.

Pour rappel, le gouvernement algérien a donné le feu vert pour la reprise de l’importation des voitures de moins de trois ans par les particuliers résidents. Cependant, la concrétisation de la décision en question tarde à survenir.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes