Annulation du retrait du permis de conduire en Algérie : tout ce qu’il y a à retenir

Automobile – L’annulation des procédures du retrait du permis de conduire en Algérie est officiellement établie. Il s’agit d’une annonce d’un responsable. Nous vous dévoilerons tous les détails à ce sujet dans la suite de cet article du mercredi 26 janvier 2022.

En effet, l’Algérie est considérée comme le pays le plus à risque sur les routes. De ce fait, le ministère de l’Intérieur travaille en collaboration avec le ministère des Transports. Ces deux organismes redoublent d’efforts afin de résoudre ce problème meurtrier. Par ailleurs, le recours au retrait du permis de conduire aux automobilistes n’a fait aucun effet en Algérie. 

Au fait, cette procédure de retrait du permis de conduire n’a apparemment donné aucun résultat dans la lutte contre les accidents de la route. Ceux qui sont anifestement en augmentation constante en Algérie. Ainsi, elle a laissé place à une autre alternative. Celle-ci consiste à la délivrance d’un PV. Autrement dit, les contrevenants devront payer une amende.

Ainsi, cette annulation du retrait du permis devrait être mise en vigueur, selon les deux ministères, à savoir celui de l’Intérieur et des Transports, ce 1er février. En contrepartie, les forces de l’ordre sont amenées à garder le permis du contrevenant et le lui restituer une fois l’amende payée. Dans ce cas, il aura alors un document provisoire lui permettant de circuler sans cette pièce pendant une durée de 10 jours.

Les amendes accompagnant l’annulation du retrait du permis de conduire

De passage sur le plateau de la chaîne Echorouk News, un représentant au ministère des Transports, Hemani Abdelghani, s’est exprimé à ce sujet. En effet, ledit responsable a expliqué les détails concernant les amendes ainsi que les procédures judiciaires accompagnant cette annulation du retrait du permis de conduire

Hemani a abordé en premier lieu, les infractions du premier degré, dont l’amende minimale est fixée à 2.000 DZD. En contrepartie, le permis de conduire sera gardé, et remplacé par un document provisoire. La même source affirme que les contrevenants auront un délai de 45 jours pour payer leurs amendes. Si le délai est dépassé, la somme augmentera à 3.000 DZD.

Pour les infractions du deuxième degré, le montant minimum du procès verbal est à 2.500 DZD qui augmentera à 4.000 DZD en cas de dépassement du délai susmentionné. Quant au troisième degré, l’amende est fixée à 3.000 DZD. Celle-ci sera doublée, dans le cas où le chauffard dépassera les 45 jours permis. 

Pour les infractions du quatrième degré, l’amende minimum est de 5.000 DZD. Avec l’exécution des mêmes procédures prévues pour les infractions précédentes. Le montant peut également s’élever à 7.000 DZD si le délai de 45 jours est dépassé.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes