Annulation du retrait de permis en Algérie : qu’en est-il de ceux déjà retirés ?

Automobile – Après l’annulation de la procédure de retrait en Algérie, les permis de conduire retirés seront remis à leurs propriétaires à une condition. On vous révèle tout, ce 24 janvier 2022.

Concernant l’annulation du retrait de permis de conduire en Algérie, le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a indiqué que ceux retenus au niveau des sûretés seront restitués à leurs propriétaires. La condition est claire. Il suffit de régler le paiement de l’amende forfaitaire due dans les 10 jours. Cela, à compter de la date à laquelle l’infraction a été commise. Ennahar rapporte l’information.

En cas de dépassement de ce délai octroyé, le montant de l’amende est porté à son maximum. Et ce, sans que le permis de conduire fasse l’objet d’un transfert aux commissions wilayales compétentes. En revanche, le non-paiement de l’amende maximale dans les deux mois, entraînera l’établissement d’un procès-verbal de non-paiement. Ce qui mènera par la suite au transfert du permis aux autorités judiciaires compétentes.

Quant aux permis de conduire retirés qui se trouvent actuellement au niveau des commissions spécialisés, ses propriétaires pourront les récupérer. Cependant, ils devront attendre d’être contactés. Toutefois, si l’amende due est payée dans un délai de deux mois.

Algérie : le retrait de permis de conduire prendra fin à cette date

S’agissant du même ministère, on a annoncé la suppression de la procédure de retrait du permis de conduire à compter du 1er février 2022. De ce fait, la tutelle a également décidé qu’on se contentera du paiement de l’amende forfaitaire. Cela, jusqu’à la concrétisation effective du système du permis à points.

Dans le détail, cette nouvelle loi intervient dans la mesure où l’ancienne procédure ne réduisait pas les accidents de la circulation. Où a été enregistrée une augmentation notable du nombre de victimes de la route au cours des années 2011 et 2015. Ce qui se traduit par un chiffre allant jusqu’à 4.600 décès par an.

Dans le même contexte, l’application de la procédure de retrait du permis de conduire s’est répercutée négativement sur le plan professionnel et social des conducteurs. Notamment, ceux ayant commis des infractions sans gravité. Particulièrement, si celui qui a transgressé le code de la route se trouve loin de son lieu de résidence. Cela les affecte financièrement, professionnellement et familialement. Et coûte dans certains cas la perte d’un emploi pour la catégorie des conducteurs.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes