AccueilSociété et CultureSociétéLes Algériens nombreux à recourir à l’automédication : ce qu’en pensent les...

Les Algériens nombreux à recourir à l’automédication : ce qu’en pensent les experts

Algérie – Alors que la saison automnale sonne le début des rhumes, grippes et autres maladies dues au froid, les Algériens sont nombreux à recourir à l’automédication, on vous dévoile dans cette édition du 30 septembre 2022 l’avis des experts.

Les Algériens sont nombreux à recourir à l’automédication, et des experts se sont penchés sur ce phénomène. Nous vous dévoilons leurs recommandations dans la suite de ces lignes. Le début de l’automne est la période à laquelle les rhumes, les grippes et les angines se multiplient. Et de nombreux Algériens zappent désormais la case médecin et s’en remettent à l’automédication.

En effet, après avoir contracté ces maladies qui en règle générale ne sont pas graves, les citoyens se rendent directement dans les officines. Ils demandent conseil à leur pharmaciens. Et ces derniers leur proposent des traitements en vente libre pour les soigner. Il s’agit de ce que rapporte Echorouk News TV sur sa page Facebook officielle.

Cependant, ce phénomène peut donner lieu à des complications. Et l’automédication peut engendrer de gros risques. Particulièrement chez les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques. Il faut savoir en effet que certains médicaments en vente libre ne sont pas compatibles avec des maladies telles que le diabète et l’hypertension artérielle.

Automédication : un phénomène dangereux ?

À ce propos, une pharmacienne questionnée par les journalistes du média sus-cité expliquera que la prise de certains médicaments, sans l’avis préalable d’un médecin peut avoir de graves répercussions. Et peut provoquer dans certains cas des AVC. C’est la raison pour laquelle elle recommande aux patients de se rapprocher des structures de santé et de consulter avant de pouvoir utiliser des médicaments.

Les spécialistes de la santé ne cessent de réitérer leurs appels aux citoyens pour ne plus avoir recours à l’automédication. Cependant, leurs recommandations ne sont pas prises en compte, et les Algériens continuent de se procurer des médicaments sans ordonnance au moindre mal de tête.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes