AccueilSociété et CultureSociétéAlgérie : voici pourquoi la grippe saisonnière sera rude cette année

Algérie : voici pourquoi la grippe saisonnière sera rude cette année

Santé – Le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie, Fawzi Derrar, a expliqué pourquoi le grippe saisonnière sera rude cette année. Dzair Daily vous en dit davantage dans la suite de cet article du 13 décembre 2022.

En effet, la grippe saisonnière promet d’être agressive cette année en Algérie. Et c’est le directeur de l’Institut Pasteur qui nous explique pourquoi. Alors que la saison hivernale va bientôt commencer, on constate un nombre important d’infections, notamment chez les jeunes. Le spécialiste dira à ce sujet que c’est notamment à cause de la levée des restrictions sanitaires liées au Covid-19.

Dans le détail, les Algériens sont désormais en contact avec tous les pays du monde. Et les nombreux rapports mondiaux indiquent que la grippe de cette année est la plus agressive constatée depuis 5 ans. Cet état de fait a été constaté partout dans le monde. Raison pour laquelle les Algériens doivent prendre le maximum de précautions, pour éviter les pics de la fin du mois de décembre et du début janvier, rapporte El Khabar.

Derrar a expliqué que la pandémie de coronavirus a contribué, par l’effet de nombreux facteurs, à réduire l’immunité collective contre la grippe saisonnière. Et le retour à la normale après la pandémie, le retrait des masques notamment, ont facilité la propagation de la grippe saisonnière. Le spécialiste a également indiqué que la composition du vaccin contre la grippe diffère d’une année à l’autre. 

Grippe saisonnière en Algérie : les recommandations de Derrar

En effet, cette composition est le résultat des anticipations des virologues sur la souche susceptible de dominer chaque année. Concernant les franges de la population les plus vulnérables à ce virus, le spécialiste a cité en premier lieu les personnes âgées (plus de 65 ans). Les très jeunes enfants sont aussi susceptibles de développer des complications. Et il en est de même pour les femmes enceintes. 

Par ailleurs, les personnes souffrant de maladies chroniques sont aussi très exposées aux complications. On compte ainsi les personnes souffrant d’asthme et autres maladies pulmonaires. Les diabétiques, les personnes souffrant d’insuffisance rénale, d’obésité et de problèmes cardiaques voient leur immunité fortement réduite.

C’est dans ce contexte que le spécialiste recommande à ce groupe de se faire vacciner. Tout comme il est important de vacciner le personnel de santé. Le vaccin permet d’éviter 80 % de décès dus aux complications. Le taux de vaccination actuel en Algérie est de 35 %. On est donc loin du taux de 75 % recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes