24.9 C
Alger
24.9 C
Alger
samedi, 15 juin 2024
- Publicité -
AccueilActualitéAlgérieAlgérie : Voici pourquoi l'alimentation en eau connait des perturbations

Algérie : Voici pourquoi l’alimentation en eau connait des perturbations

Publié le

- Publicité -

Algérie – Un cadre du ministère de Mustapha Kamel Mihoubi  identifie le faible niveau de l’eau dans les barrages comme raison ayant automatiquement entraîné le chamboulement de d’alimentation en cette ressource élémentaire.

C’est en effet sur quoi a porté l’intervention, sur les ondes de la Radio nationale, d’Abdelaziz Ardjoum. Il est sous-directeur des services publics au niveau du ministère des Ressources en eau. Les perturbations de l’alimentation en eau potable se multiplient récemment en Algérie. Le ministère a expliqué la cause de ce manque répétitif. 

Ardjoum a assuré donc que les barrages ont dernièrement connu un faible taux de remplissage. Cela s’est répercuté de façon automatique sur la fourniture en eau. Effectivement, le pays a été témoin de perturbations de l’alimentation en eau potable. La raison réside, comme déjà évoqué, dans le taux de remplissage des barrages. Chose qui elle-même émane de la faible pluviométrie cet hiver.

- Publicité -

“Le ministère s’efforce de recouvrir le besoin des citoyens en eau potable”, assure Ardjoum

D’ailleurs, ces dernières années, l’Algérie connaît de fortes températures en été. Les périodes hivernales, pour leur part, subissent une rareté assez prononcée de pluies. Cet état des lieux se voit accompagné de températures relativement non saisonnières.

Abdelaziz Ardjoum a également insisté ce matin, via la même tribune, que le ministère déploie tous ses efforts. Le département le fait dans le but de pallier cette pénurie en eau. Le ministère a aussi pour projet de diversifier les ressources en eau, dit-il. L’objectif consiste à assurer que cette denrée indispensable soit disponible en quantités suffisantes.

| Lire aussi : Algérie : Il découvre un puits de pétrole lors du forage d’un puits d’eau

En fait, selon Abdelaziz Ardjoum, 75 % de la population est alimentée régulièrement et de manière ininterrompue, alors que les 25 % restants ne sont alimentés qu’un jour sur deux. Il y a des cas où les intervalles sont encore plus longs. L’orateur a également mis la lumière sur le fait que cette dernière tranche est celle qui subit le plus les conséquences des conditions météorologiques instables et la faible pluviométrie que connaît le pays.

- Publicité -

De plus, d’après l’intervenant, le taux de remplissage actuel des barrages est au voisinage de 44 %, ce qui se rapproche de 35 milliards de mètres cubes (m3). Il est utile de rappeler que ces conditions particulières exigent une consommation et gestion de l’eau plus rationnelles. Celle-ci est considérée comme l’une des ressources naturelles les plus indispensables à notre survie, et nous avons intérêt à la préserver, intime l’intervenant.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -