19.9 C
Alger
19.9 C
Alger
lundi, 17 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileAlgérie : Voici l'impact de l'importation de voitures sur les réserves de...

Algérie : Voici l’impact de l’importation de voitures sur les réserves de change

Publié le

- Publicité -

Algérie – Un sénateur FLN réclame le gel de l’importation de voitures neuves dans le pays et pour cause, l’impact qu’elle aura sur les réserves de change du pays.

Alors que l’importation de voitures est au seuil d’une reprise effective, le débat autour d’elle vient de connaître un nouvel épisode. En effet, seulement au lendemain de l’octroi des premiers agréments provisoires des concessionnaires pour l’importation des voitures neuves, le sénateur Abdelouaheb Benzaim demande le gel de cette opération en raison de l’impact qu’elle aura sur les réserves de change de l’Algérie. 

Le sénateur a fait entendre sa voix via un post sur son compte Facebook. Avant de frapper au plus fort la coquille, Benzaim a tenu tout d’abord à indiquer que le problème ne réside pas dans les personnes qui auront à bénéficier des licences. Il pointe par la suite un autre problème qui est, à ses yeux, encore plus sérieux.  

- Publicité -

importation voitures algérie réserves

Ainsi, il s’est demandé si le pays possède assez de devises pour financer au taux officiel les importations de voitures. Par la suite, Benzaim a tenu à souligner un autre fait crucial. Il a alors noté que le niveau des réserves de change continue à reculer et l’importation des véhicules neuves demande des sommes colossales. À ce moment-là, le sénateur a décidé d’entrer dans le vif du sujet. « Nous appelons à geler ces opérations », a-t-il dit.

Le sénateur plaide en faveur de l’importation de voitures d’occasion

Abdelouaheb Benzaim est ensuite revenu sur le dossier relatif à l’importation de voitures de moins de 3 ans. De ce fait, le sénateur s’est dit contre le gel et a demandé le retour de l’importation de ce type de véhicules. Afin de justifier sa demande, il a indiqué que cette loi permettra de conserver les réserves de change. 

- Publicité -

Pour enrichir davantage son argumentation, il a fait savoir que l’importation des véhicules d’occasion est strictement contrôlée en Europe. Il est donc impossible de trafiquer les voitures qui seront importées, signale-t-il. Il conclut sa requête tout en soulignant que le gouvernement n’a qu’à vérifier la conformité des véhicules par rapport au cahier des charges

Rappelons par ailleurs que le ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali Braham, s’est exprimé sur l’importation de voitures de moins de 3 ans. Il a indiqué qu’elle n’est pas bénéfique pour le marché algérien. Il a également fait remarquer qu’elle ne sert pas l’économie nationale.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -