Importation de voitures d’occasion en Algérie : Un député interpelle Ait Ali

Algérie – Les membres de la Commission des finances de l’Assemblée nationale (APN) manifestent leur mécontentement quant à l’annonce du ministre de l’Industrie, concernant l’annulation de la décision relative à l’importation de voitures d’occasion (moins de 3 ans).

Les députés composant la Commission des finances de l’APN contestent les déclarations du ministre de l’Industrie au sujet de l’annulation de l’importation en Algérie de voitures d’occasion. C’est ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk. Cela, dans son édition d’hier 1er janvier. Les élus en question insistent sur un détail en particulier.

Ils assurent alors que cette décision d’annuler n’est censée être prise qu’au niveau du parlement. Elle pourrait être prononcée également, expliquent-ils, par ordre présidentiel. C’est là encore ce que nous apprend le journal de langue arabe. Ce dernier relate plus de détails concernant la position des députés.

Les députés de ladite commission précisent pourquoi cette décision n’est susceptible d’être mise à l’écart que par les deux voies susmentionnées. Ils notent, dans ce sens, que l’importation de voitures de moins de 3 ans avait été promulguée par l’article 110 de la Loi de finances (LF 2020).

Flambée des prix sur le marché automobile

Les représentants parlementaires rappellent, par ailleurs, les propos du ministre des Finances, fait savoir la même source médiatique. Celui-ci avait précédemment affirmé que les textes réglementaires concernant l’importation de véhicules de moins de 3 ans étaient quasiment prêts.

L’un des membres de la Commission des finances de l’APN, Ammar Moussa en l’occurrence, s’est exprimé auprès du quotidien Echorouk. L’intervenant a mis en garde contre une importante flambée des prix sur le marché national de l’automobile. Selon lui, il a déjà bondi d’environ 30%.

L’orateur fait remarquer que des conséquences négatives en découleraient. Cette augmentation ne serait profitable pour personne, d’après lui. Il poursuit donc en réitérant que tout le monde serait impacté par la perturbation du marché des voitures dans notre pays.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes