Algérie : Le taux de guérison du Coronavirus « dépasse 98% » des cas

Algérie – La période de convalescence de l’Algérie se dissipe de manière progressive. C’est ce que le taux de guérison du Coronavirus laisse espérer, de par son estimation qui dépasse les 98 %, selon le ministre de la Santé.

En effet, dans une déclaration à la presse en ce début juin, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a stipulé que les rapports transmis s’avèrent réconfortants et satisfaisants, notamment les chiffres relatifs au taux de guérison du Coronavirus en Algérie.

D’après les contrôles médicaux des 3021 dossiers assignés, 98.02 % ont totalement guéris, contre 1.08 % qui ont malheureusement succombé à la maladie. Ce taux de létalité ne concerne que les sexagénaires déjà atteints de maladies chroniques; a précisé le ministre de la Santé. 

Ces statistiques communiquées par le comité scientifique responsable du suivi de la propagation du Coronavirus en Algérie; annoncent une vague d’espoir en vue de la future phase de déconfinement. Le plus réjouissant demeure la matrice de rétablissement qui dépasse la barre des 6000 cas.

Dans le même sillage, le ministre de la Santé a évoqué en détail le processus évolutif engendré par le protocole de traitement à la chloroquine. « 18.545 patients ont bénéficié du traitement à la chloroquine, dont 8256 cas confirmés grâce aux tests virologiques (PCR) et 10 289 diagnostiqués par le Scanner. », a-t-il souligné.

Chloroquine : L’OMS revoit sa copie

Benbouzid a révélé qu’en dépit des résultats prometteurs enregistrés par le traitement à la chloroquine, administré aux patients atteints par le Covid-19, des effets indésirables à faible connotation (troubles digestifs, prurits) ont été signalés. Néanmoins, le ministre a fait savoir que diverses approches sont entreprises pour éradiquer ces effets; à savoir l’utilisation de corticoïdes et d’anti-coagulants.

Soulignons d’ailleurs à ce propos, qu’après avoir été suspendu des essais cliniques par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 25 mai dernier, suite à la publication d’une étude dans la revue médicale The Lancet; les membres du comité ont estimé, neuf jours suivant la suspension, qu’il n’y a aucune raison de modifier le protocole des essais cliniques.

L’OMS a donc décidé de relancer le protocole de traitement à la chloroquine ce 03 juin, en reprenant les essais cliniques à l’hydroxychloroquine. De ce fait, un simple antipaludique âgé de 65 ans aura probablement suffit pour extirper un virus dévastateur du 21ème siècle.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes