Algérie : filmer ou prendre en photo quelqu’un sans son consentement est criminalisé par la loi

Société – De nos jours, les gens filment tout, y compris les gens,  sans prendre conscience que capter, enregistrer et prendre en photo quelqu’un à son issu et sans son consentement est criminalisé par la loi, en Algérie. Retrouvez tous les détails à ce sujet dans les lignes qui suivent.

Filmer, photographier, ou contempler ? Le choix est vite fait par certains. Utiliser son écran tactile et se faire des souvenirs en remplissant sa mémoire téléphonique, avec des prises lors des mariages et différents événements, devient de plus en plus fréquent. Seulement, beaucoup en Algérie ignorent que filmer ou prendre en photo une personne sans son consentement sont deux activités strictement interdites par la loi.

En effet, la violation du droit à l’image peut entraîner de lourdes sanctions pour la personne qui en est à l’origine. Le droit à l’image est un droit de la personnalité découlant du droit au respect de la vie privée. Il est protégé par la loi en Algérie. À ce titre, il est possible de vouloir autoriser ou de refuser l’exploitation de son image.

Avec la multiplication des smartphones, l’époque est aux cinéastes et tous les photographes. Pourquoi cette manie de vouloir à tout prix tout enregistrer ? À bout de bras ou d’une perche télescopique, à chacun sa technique, l’essentiel est de ne rien rater. Filmer constamment aurait un effet rassurant, selon certains spécialistes.

La société à l’ère du numérique : la tendance est au « je clique donc je suis » en Algérie  !

Il semblerait que l’époque soit au « je clique donc je suis ! ». Alors que la technologie prend une place de plus en plus importante dans le quotidien du citoyen algérien, la tendance la plus importante pour ces dernières années en matière de smartphone est certainement les résultats photo de haute qualité.

Dans les transports en commun, au gym et même dans les salles des fêtes, tout le monde, ou presque, se saisit de son téléphone pour capturer un quelconque moment et le sauvegarder, comme pour ne rien laisser échapper.

Toutefois, certaines personnes s’en servent maladroitement en les postant sur les réseaux sociaux. Chose qui peut, parfois, créer des conflits au sein des familles. C’est pourquoi la loi est claire à ce sujet. La diffusion de photo sans autorisation peut constituer une violation du droit à l’image. Ainsi, un tel acte entraîne de lourdes sanctions pénales.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

1 COMMENTAIRE

  1. Il est écrit dans la sur la photographie (a son issu) l’écriture et le sens sont faux on écrire ( a son issu)

Comments are closed.