AccueilSociété et CultureSociétéAlgérie : la famille d'un chef de daïra prise au piège dans...

Algérie : la famille d’un chef de daïra prise au piège dans un incendie mortel

Société – Bilal Maoudj, chef de daïra à Médéa, vient de vivre un événement tragique : un incendie meurtrier qui a ravagé sa maison causant des pertes humaines. Apprenez en davantage dans la suite de cette édition du lundi 14 novembre 2022 !

Hier, dimanche 13 novembre 20222, un terrible incendie s’est déclenché au domicile de Bilal Maoudj, chef de daïra de Béni Slimane, à Médéa, en Algérie. En effet, un feu dévastateur a ravagé le domicile de fonction du susdit responsable.

Les flammes ont tragiquement causé le décès de trois membres de sa famille. Elles ont en outre provoqué des pépins chez un autre de ses proches, selon ce relate le média généraliste arabophone, Echorouk. La mère de Bilal Maoudj nt’a pas pu survivre face à cet accident tragique. Elle a succombé à ses blessures à l’âge de 70 ans.

Ses deux enfants, âgés de 6 et 10 ans, ont eux aussi été retrouvés morts. Son épouse se retrouve, elle, actuellement aux urgences dans un état critique. Une seule personne a miraculeusement échappé au feu. Il s’agit de sa fille de 15 mois qui a été retrouvée saine et sauve. On vous en dit plus dans la deuxième partie de cet article. 

algérie chef daïra incendie

Chef de daïra de Médéa victime d’un grave incendie qui a ôté la vie de ses progénitures et sa génitrice 

Dans un communiqué rendu public, la Direction générale de la Protection Civile (DGPC) de Médéa s’est prononcée à ce sujet. Elle a donc précisé que trois personnes sont mortes et deux autres se retrouvent blessées. Cela suite à un incendie qui s’est déclaré dans un logement d’astreinte, habité par le chef de daïra de Béni Slimane, à Médéa, en Algérie. 

Dans le détail, le même document a précisé que l’unité secondaire de la protection civile du département de Béni Slimane est intervenue à 21 h 00. Elle a été notamment appuyée par d’autres unités opérationnelles de la Protection civile. À  savoir celles de Souagui, d’El Azizia et Tablat. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes