AccueilÉconomieVotre ArgentAlgérie : Le coût de la hausse du salaire minimum et la...

Algérie : Le coût de la hausse du salaire minimum et la titularisation des contractuels

Algérie – Le décret présidentiel n° 21-137 qui porte le salaire minimum à 20.000 dinars et la titularisation des contractuels entraînera la dépense de 500 milliards de dinars. 

Le décret présidentiel relatif au salaire minimum correspondant à l’heure légale du travail en Algérie ainsi que l’intégration des contractuels dans des postes titulaires signifient la consécration d’un budget étatique de 500 milliards de dinars. Ce montant équivaut à 5.000 milliards de centimes. C’est ce qu’affirme l’expert économique, Abderrahmane Aya.

Le spécialiste s’est exprimé auprès de Echourouk dans un entretien du ce 28 avril. L’intervenant s’est donc penché sur cette augmentation. Celle-ci toucherait toute personne qui perçoit un salaire égal ou inférieur à 18.000 DA. Elle verra son salaire augmenter à 20.000 DA soit (2) millions de dinars.

L’économiste s’est prononcé à ce sujet dans une déclaration faite au quotidien arabophone. Il s’est intéressé à cette décision établie par le gouvernement. De son point de vue, la hausse reste insuffisante d’un point de vue économique pour préserver le pouvoir d’achat du citoyen algérien. Abderrahmane Aya estime que le salaire des familles avec un seul revenu ne devrait pas être inférieur à 35.000 DA.

Augmentation du salaire minimum  

De ce fait, ce décret n° 21-137, rendu public dans le n°28 du Journal Officiel, a précisé la « fixation du salaire national minimum garanti ». Il « correspond à la durée légale de travail qui est estimée, à 40 heures par semaine à 20.000 DA. Ce qui équivaut à 115,38 DA l’heure ». 

En outre, Abderrahmane Aya remet en question la gestion d’augmentation salariales en Algérie. Selon lui, cette mesure n’est pas assez étudiée. Il estime que ce processus devrait être soumis à plusieurs contrôles. 

Il ajoute, d’un autre côté, qu’au lieu d’augmenter le salaire minimum, les autorités concernées devraient plutôt motiver les salariés en augmentant les subventions. Mais aussi les primes en fonction de l’efficacité et de la performance dans l’activité de ces employés.  

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes