AccueilÉconomieAutomobileVoitures de moins de 3 ans : voici combien de véhicules un...

Voitures de moins de 3 ans : voici combien de véhicules un citoyen algérien pourra importer

Automobile – Après la parution de la décision d’importation de voitures de moins de trois (03) ans, la seule question qui préoccupe l’esprit du citoyen algérien est le nombre de voitures à importer. Dzair Daily a le plaisir de vous apporter une réponse concise et claire à ce sujet.

Effectivement, le président Tebboune a autorisé l’importation des véhicules neufs et d’occasion de moins de trois (03) ans. Depuis cette décision de l’importation de voitures de moins de 3 ans, le citoyen algérien se demande le nombre autorisé à l’importation. Enfin, nous avons la réponse pour vous dans ce numéro du 16 novembre 2022.

En fait, cette décision d’importation de voitures de moins de trois (03) ans s’inscrit dans le PLF 2023. C’est, d’ailleurs, ce qu’a révélé le président de la commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN), Lakhdar Salmi auprès du média Ennahar. Ce qui permettra aux députés d’approuver cet article détaillé.

Ainsi, la commission a constaté que cette loi, relative à l’importation des véhicules, est consacrée aux citoyens aux revenus moyens. Et ce, après l’analyse de l’article 66 du PLF 2023. Quant au nombre de voitures autorisé, les citoyens algériens pourront importer qu’un seul (01) véhicule chaque trois (03) ans.

Les véhicules de moins de cinq (05) ans sont antiques

Après avoir dévoilé le nombre de voitures, Lakhdar met la lumière sur les raisons de cette décision. Selon lui, au-delà d’un seul véhicule, l’importation de voitures relèverait d’une activité commerciale. En conséquence de quoi voir apparaître l’impact sur les réserves de changes. C’est ce qu’a expliqué le même intervenant au micro dudit média.

Des membres de la commission ont mis sur la table la proposition d’importer les voitures de moins de cinq (05) ans au lieu de trois (03) ans. À ce sujet, Lakhdar Salmi a révélé que ces voitures sont détériorées et risquent d’avoir un impact négatif sur l’environnement. Tout en soulignant que nous devons préserver notre parc automobile, avec des véhicules de bonne qualité.

Mais ce n’est pas tout ! D’autre part, le président de la commission a soulevé le point concernant les taxes. Dans le détail, il a précisé au média Ennahar que des discussions se sont tenues pour une éventuelle baisse des taxes. Et ce, en faveur des particuliers qui doivent payer ces taxes pour l’importation de véhicules.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes