Suisse : 600 harragas (sans-papiers) algériens seront expulsés

Suisse – La ministre suissesse de la Justice et de la Police, Karin Keller Sutter en l’occurrence, a réussi à trouver un terrain d’entente avec notre pays, pour l’expulsion de 600 harragas (sans-papiers) algériens du territoire helvétique.

Suite à sa visite à Alger, le 24 mars dernier, la conseillère fédérale, Karin Keller Sutter n’est pas retournée dans son pays les mains vides. La ministre a en effet réussi à obtenir l’accord de l’Algérie pour l’expulsion de 600 harragas (sans-papiers) algériens, se trouvant en Suisse de façon illégale, rapporte le quotidien francophone El Watan, ce mardi 30 mars 2021.

Il est à noter que dans de telles circonstances liées à la fermeture des frontières et l’arrêt de tous les vols à l’international, cette opération demeure en suspens. De ce fait, la Suisse tente depuis plus d’une année de procéder au renvoi de ces Algériens présents dans le pays clandestinement, mais sans grand succès.

| Lire aussi : Harragas d’Algérie vers la France : La frontière avec l’Espagne resserrée ?

L’affaire préoccupe tellement les autorités suisses, que la première responsable de la Justice et de la Police a dû se présenter elle-même en Algérie pour essayer. Ou du moins, tenter le tout pour le tout, afin de trouver une solution. Une fois sur les terres de son pays, elle a déclaré, lors d’une conférence de presse, que sa mission a aboutit.

Cela dit, elle ne s’est pas prononcée davantage sur l’accord entre les deux pays. Encore moins, sur les étapes à suivre ou les procédures à entreprendre pour mener à bien cette expulsion. Elle a simplement précisé que des entretiens techniques se poursuivent avec l’Algérie.

| Sujet connexe : Harragas algériens en Espagne : Vers une concertation pour y mettre fin

La ministre a toutefois estimé qu’il existe quelques restrictions. L’État algérien les exige pour le transport des récalcitrants. Des vols spéciaux leur sont destinés. Il est exigé que ce soit des vols directs. Des points que la conseillère trouve tout à fait gérables. Ils ne vont pas représenter, selon elle, une contrainte pour son pays.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes