21.9 C
Alger
21.9 C
Alger
mardi, 18 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileImportation automobile en Algérie : quel sort réservé à Renault, Peugeot et...

Importation automobile en Algérie : quel sort réservé à Renault, Peugeot et Toyota ?

Publié le

- Publicité -

Automobile – Les agréments d’importation automobile ont rafraîchi le secteur des voitures en Algérie, cependant, certains constructeurs classiques sont interdits d’importer, à l’image de Renault, Peugeot et Toyota. Découvrez tous les détails à ce sujet dans la suite de ce numéro du 18 avril 2023.

Effectivement, le secteur algérien des véhicules a commencé à se libéraliser. Cela, grâce à des mesures qui ont permis de reprendre l’importation de voitures. Par conséquent, plusieurs marques automobiles ont exprimé leur intérêt pour investir dans ce pays. De ce fait, on s’interroge, sur l’avenir de Renault, Peugeot et Toyota quant à l’importation de leurs produits en Algérie.

Récemment, le ministre de l’Industrie a annoncé l’octroi de 35 autorisations pour importer des véhicules neufs. Cependant, il a révélé que 5 autres concessionnaires n’ont pas réussi à obtenir d’agréments d’importation de voiture en Algérie, rapporte l’Algérie aujourd’hui

- Publicité -

En effet, il s’agit de Renault Algérie (Renault et Dacia), Peugeot Algérie, Renault Trucks, Bergerat Monoyeur (Mercedes Benz Camions et bus) et Toyota Algérie (Toyota et Daihatsu). Il convient de noter que ces géants de l’automobile ont été présents depuis 20 ans dans le pays.

Refus d’importation de voiture pour Renault, Peugeot et Toyota : voici les raisons

Dans ce contexte, on apprend que le gouvernement algérien aurait refusé la candidature de ces géants constructeurs. En cherchant à comprendre les raisons, il semble que le refus est lié à une disposition légale datant de 2021. Cette loi stipule que toute revente en l’état respecte la règle de 51/49 qui impose d’avoir un partenaire national, mais qui a été abrogée depuis.

En effet, parmi les 5 concessionnaires ayant été refusés, 3 sont des filiales de constructeurs français. Il est question de Renault Algérie, Renault Trucks et Peugeot Algérie. Tandis que les 2 autres sont des entreprises qui appartiennent à des opérateurs étrangers, rapporte la même source.

- Publicité -

Par ailleurs, l’ancien ministre de l’Industrie avait promis un traitement de faveur de certains constructeurs. Effectivement, il s’agit de ceux qui lanceraient un projet industriel en Algérie. Plus exactement dans l’importation de véhicules neufs. Mais, cette déclaration avait été rectifiée par le président de la République.

Celle-ci avait épargné les constructeurs Renault Algérie et Renault Trucks. Cela, car ils avaient déjà lancé des projets d’assemblage en Algérie. Actuellement, ces deux entreprises seraient en négociation dans l’espoir d’obtenir les agréments nécessaires à la fabrication automobile en Algérie.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -