AccueilSociété et CultureSociétéCoronavirus en Algérie : Pénurie de masques dans les pharmacies

Coronavirus en Algérie : Pénurie de masques dans les pharmacies

Algérie – Face à l’augmentation des prix, de la rupture de stock et du manque de disponibilité des masques et gel hydroalcoolique, le SNAPO tient à mettre hors de cause les pharmaciens.

Avec l’augmentation du nombre d’infections au Coronavirus, qui ont atteint les 54 cas confirmés dont 4 décès, la crainte et la panique a envahi tout le territoire national poussant les citoyens à se ruer vers les pharmacies, dans l’intention de se procurer des masques chirurgicaux, bavettes et gels hydroalcooliques, afin de se prémunir contre le risque de contamination au nouveau Coronavirus, Covid-19.

Une forte demande est ainsi exercée sur ces produits, causant une pénurie due à une rupture de stocks en l’espace de quelques heures, au niveau de nombreuses pharmacies à travers le pays pays.

Dans de pareilles conditions, le rôle des pharmaciens d’officine en tant que professionnels de la santé est important, notamment dans la fourniture des produits médicaux et pharmaceutiques aux clients et les conseiller sur les gestes d’hygiène préventive, indique un communiqué du Syndicat National Algérien des Pharmaciens d’Officine (SNAPO), qui précise que ces derniers sont eux-mêmes victimes de ce que subit le marché, annonçant leur incapacité face à la situation sanitaire inédite que traverse le pays.

Le syndicat a également tenu à affranchir les pharmaciens de toutes accusations relatives à l’augmentation exagérée des prix des masques, bavettes, gants, alcool et gel désinfectant. Signalant dans le même sens que le marché subit actuellement l’intervention d’intermédiaires qui risquent de créer une déperdition incontrôlable puisque ces derniers déstabilisent l’accès à ces produits.

Par conséquent l’organisme appelle les autorités publiques à intervenir afin de stabiliser et régulariser le marché, tout en assurant l’approvisionnement seulement aux secteurs autorisés.

Qu’en est-il des moyens de l’État ?

Selon Lyes Merabet, président du Syndicat National des Praticiens de la Santé Publique (SNPSP), « il est impératif de mettre le paquet sur la prévention afin d’éviter la propagation de l’épidémie au niveau national », unique moyen dont dispose le secteur sanitaire Algérien comme moyen d’endiguement contre la propagation du Coronavirus. 

Pour sa part, l’intervenant a regretté l’incapacité des autorités publiques à ne pouvoir répondre au moins à la disponibilité des produits de protections sanitaires car l’Algérie n’a pas suffisamment de masques pour faire face à la situation, dont une partie est fabriquée localement et une autre importée. Au passage il a rappelé que cette pénurie intervient alors que la situation n’est pas encore alarmante.

S’agissant des prix, et selon le témoignage de certains pharmaciens, les prix ont grimpé d’au moins 20 DA après l’apparition des premiers cas, et de 60 DA l’unité, voire plus, dans les jours qui ont suivi. Certains masques dit FFP2 spéciaux contre le Coronavirus atteignant quant à eux 200 DA l’unité, a souligné le quotidien le Soir d’Algérie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici