Le baiser de Riyad Mahrez et Taylor Ward divise les Algériens

Algérie – Un simple baiser d’amoureux pour certains, un acte moralement répréhensible pour d’autres. Le tête-à-tête amoureux de Riyad Mahrez, joueur du Manchester City et international de l’équipe d’Algérie, avec sa compagne, le mannequin anglais, Taylor Ward, a fait le tour des réseaux sociaux en créant la zizanie parmi les internautes algériens.  

Retiré, en compagnie de sa copine Taylor Ward, pour se détendre et lâcher un peu la pression, Riyad Mahrez s’est retrouvé au cœur d’une polémique parmi les Algériens. Celle-ci n’a attrait, ni de près ni de loin, au monde du football ; à l’image d’un transfert dans un autre club par exemple. Ce qui irrite les uns et suscite par la suite l’admiration et la solidarité des autres est un baiser.

Les internautes algériens se livrent ainsi à une battle d’idées. Entre sympathisants et détracteurs, l’ambiance est « tendue ». Riyad Mahrez est, pour beaucoup, tenu de se conformer aux mœurs de la société algérienne. Cela en sa qualité de joueur international faisant partie justement de la sélection de ce pays. Si une frange affirme que Riyad a le droit d’embrasser sa petite amie, des membres de l’autre camp estiment que, eux aussi, ont le droit de se sentir choqués.

https://www.facebook.com/JugurtaAissaoui/posts/2669880833328332

Entre le Mahrez qui dépose la balle dans les filets, et celui qui dépose un baiser sur les lèvres de sa compagne 

Au milieu, « les modérés ». Ceux-ci concèdent en fait que le cliché capturé par les paparazzis, prenant d’assaut les vacances du footballeur, est incompatible avec les « valeurs du peuple algérien ». En revanche, ils veulent bien différencier le domaine du privé de la sphère publique. Les personnes exprimant cet avis se disent alors fans de Mahrez sur le terrain de foot. En dehors de cet espace, ils affirment, simplement, qu’ils y sont indifférents.

Pour mémoire, « l’héroïne » de l’histoire a choisi de se faire discrète. Elle a décampé des réseaux sociaux. Taylor Ward n’a visiblement pas réussi à gérer le flux de messages qui lui tombaient dessus. On parle d’un harcèlement sur le web, par des Algériens scandalisés, qui ont apparemment fini par faire craquer leur « cible ». Enfin, faut-il le signaler, une partie des points de vue qui, à la base, remettent en cause l’intérêt accordé par les Algériens à cette question.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes