AccueilÉconomieAutomobileAutomobile Algérie : la facture d’importation du carburant a encore connu une...

Automobile Algérie : la facture d’importation du carburant a encore connu une baisse

Automobile – La facture d’importation du carburant continue sa trajectoire descendante en Algérie. Et ce, durant l’année 2021. Dzair Daily vous donne plus de détails ce mercredi 23 février 2022.

La compagnie nationale des hydrocarbures (Sonatrach) a indiqué que la facture d’importation du carburant a baissé en Algérie de 1,7 milliard de dollars. C’est en tout cas ce qu’a déclaré le vice-président de l’activité de raffinage et pétrochimie de la Sonatrach, Batoche Boutouba.

Lors de son passage sur les ondes de la Chaîne III de la Radio Nationale, le responsable a souligné que les importations ont été réduites en 2021. Que ce soit pour l’essence ou pour le gasoil. La facture a connu une baisse estimée à 1,7 milliard de dollars. Passant ainsi de 2 milliards de dollars à 300 millions. 

Cette réduction des importations a été possible grâce à la réhabilitation des raffineries du Nord. Qui avait débuté en 2009. Ainsi, la facture des 300 millions de dollars concerne en grande partie des additifs utilisés dans la pétrochimie et la fabrication de l’essence. Comme le relate Auto Utilitaire.

Par ailleurs, Boutouba a indiqué que la réhabilitation des raffineries a permis d’atteindre une capacité de raffinage importante. Celle-ci est de plus de 3,5 millions de tonnes de brut. Par conséquent, cela va générer plus de 2 millions de tonnes de production de gasoil et 1,2 million de tonnes d’essence. Pour rappel, la Sonatrach dispose de 6 raffineries, dont la potentialité de traitement est de 30 millions de tonnes de brut.

Ralentissement de la consommation d’essence en Algérie

En outre, depuis l’année 2016, un ralentissement de la consommation d’essence a été enregistré en Algérie. Alors que durant la période allant de 2010 à 2015, le phénomène était inversé, accusant une hausse annuelle entre 7 et 8 %. La consommation était, en fait, passée de 2,6 à 4,4 millions de tonnes.

Au fait, la cause de l’augmentation de la consommation à cette période serait d’un côté l’intensification de l’activité économique. Et de l’autre l’augmentation du nombre de véhicules dans le pays qui était due à la baisse des prix. Le responsable a aussi souligné que depuis l’année 2016, la moyenne de consommation d’essence en Algérie est de 3,8 tonnes par an.

Pour finir, Boutouba a déclaré que les projets de la nouvelle raffinerie de Hassi Messaoud. Ainsi que la station de craquage de fuel de Skikda, permettront dès 2026 un excédent de production. Celui-ci ouvrira l’horizon vers l’exportation, tout en couvrant les besoins du marché national.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes