AccueilÉconomieAutomobileDes Algériens demandent l’importation de motos pour remplacer les voitures

Des Algériens demandent l’importation de motos pour remplacer les voitures

Automobile – Face à la pénurie de voitures qui persiste en Algérie, certains Algériens souhaitent se tourner vers l’importation des motos. On vous révèle tout, ce 09 janvier 2022.

Passer de quatre à deux roues serait l’alternative de certains citoyens pour pouvoir circuler dans notre pays sans devoir emprunter les transports en commun. En effet, l’absence de voitures dans le marché a fait doubler la demande des Algériens quant à l’importation de motos. Notamment, après l’arrêt de l’activité des usines d’assemblages locales, et le gel d’importations de véhicules depuis 2017. Echorouk rapporte l’information.

Au total, les besoins du marché algérien en motos sont équivalents à 100.000 unités par an. Tandis que l’importation annuelle au cours des dernières années, selon les chiffres officiels, variait entre 52.000 et 93.000 unités. D’ailleurs, les concessionnaires automobiles se plaignent de la perturbation de la branche de production et d’assemblage de motos en raison de sa fusion dans un seul cahier de charges avec les voitures. Donc leur dissociation est primordiale et urgente pour ces commerçants.

Actuellement, le marché national compte 5 usines réputées dans la branche moto qui sont « Sym » et « HAM Motors » dans la wilaya de Sétif. Puis, « VMS Industrie » dans la wilaya de Bejaia. Et également, « AS Motors » à Bordj Bou Arreridj et l’usine publique Sigma qui fait face à des difficultés financières.

Dans la wilaya de Guelma, des revendeurs se préparent à entrer sur le marché de la production. Mais également de l’installation en Algérie, comme Sodifam. Ce dernier attend le feu vert dans la wilaya de Médéa dans la région de Ksar El-Boukhari. En plus d’autres concessionnaires.

Importation de motos en Algérie : vers un nouveau cahier de charges ?

Après avoir été associé au cahier de chargé d’importation de voitures qui fait face à une crise depuis plusieurs années, la fabrication et l’installation de motos doit désormais évoluer seule en Algérie. D’ailleurs, il y a exactement un mois, le président de la République a mis en avant une révision immédiate de ce cahier de charges.

Selon un communiqué publié par le ministère de l’Industrie, on organisera une réunion spéciale. Celle-ci cible le suivi et le développement des activités liées à l’industrie des vélos et des motos. On prévoit celui-ci pour le 19 janvier 2022. L’objectif est de trouver une solution aux problèmes et aux lacunes dont souffre chaque activité. Notamment en exploitant les capacités industrielles existantes. Puis, en créant une interdépendance et complémentarité entre les différentes entreprises.

Par conséquent, ce même ministère a confirmé dans un communiqué que tous commerçants, fabricants et fournisseurs, exerçant ces activités industrielles, souhaitant assister à la réunion, sont invités à adresser une demande de participation jointe à une fiche technique d’identification de l’établissement et du type de son activité.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes