Une Algérienne devient la première Africaine vice présidente de l’UISG

Algérie – La professeure Hassina Mouri, première femme africaine et algérienne a été élue vice-présidente de l’Union internationale des sciences géologiques (UISG) à travers laquelle elle a développé la géologie médicale.

En effet, Hassina Mouri des At Waɣlis en Kabylie a été élue vice-présidente de l’Union internationale des sciences géologiques. L’UISG est l’une des plus grandes organisations scientifiques du monde et Hassina Mouri en est la première femme africaine mais surtout algérienne a en être la vice-présidente le vendredi 30 octobre 2020. 

Selon l’article de l’université de Johannesburg sur leur site, lors de la session du conseil qui s’est tenue du 28 au 30 octobre 2020; le professeur a reçu le plus haut pourcentage de votes (38%) des membres du conseil de l’UISG. Le premier vice-président élu, qui est le second, vient de Corée avec 27% des voix. La compétition était assez rigoureuse compte tenu du statut des autres candidats représentant certains des membres les plus puissants de l’Union; dont la Russie et la Chine. 

Hassina Mouri a déclaré : « Je voudrais saisir cette occasion pour exprimer ma sincère gratitude pour la confiance que la Fondation nationale de la recherche d’Afrique du sud m’a témoignée en me proposant pour ce poste prestigieux. Ainsi que tous les membres du conseil qui ont soutenu ma candidature. Ce poste, ainsi que ma dernière nomination pour l’UNESCO au poste de membre du conseil du programme international de géosciences; sont tout aussi importants pour les géosciences africaines. C’est un privilège et un honneur et je me réjouis de contribuer aux deux organisations et à l’avenir des sciences de la terre en Afrique et dans le monde. »

Le parcours de la nouvelle vice-présidente de l’UISG Hassina Mouri

Hassina Mouri est à la base professeur de géologie médicale à l’université de Johannesburg (UJ). Elle a étudié et travaillé dans différentes institutions sur trois continents (Afrique; Europe et Amérique) avec une formation reconnue au niveau international. Avant de rejoindre l’université de Johannesburg, la professeure a fait partie de l’université de Paris; du musée national d’histoire naturelle de Paris, de l’université d’Helsinki; du service géologique en Finlande; du musée suédois d’histoire naturelle, de l’université du Minnesota et de l’université de Pretoria. 

Depuis 2013, elle s’intéresse à la géologie médicale en se concentrant sur le continent africain. Elle a présenté ses travaux lors de plusieurs conférences internationales et a publié des articles dans plusieurs revues internationales. Hassina Mouri est aussi l’ancienne présidente du comité national sud-africain de l’UISG (2017-2020) et membre du conseil consultatif du South African Journal of Science (SAJS).

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes