AccueilÉconomieAutomobileAlgérie : les revendeurs de voitures affolés par la publication du cahier...

Algérie : les revendeurs de voitures affolés par la publication du cahier des charges automobile

Automobiles – Quelques jours après la publication du cahier des charges relatif à l’importation d’automobile en Algérie, les revendeurs ont réagi au contenu de ce document. Dzair Daily vous apporte plus de détails à ce sujet dans les lignes qui suivent. 

Les citoyens algériens avaient hâte de découvrir le contenu du cahier des charges lié à l’importation d’automobile en Algérie depuis que le gouvernement a annoncé cette bonne nouvelle. Au grand bonheur des Algériens, le document en question a été dévoilé, il y a quelques jours maintenant. Mettant ainsi fin aux rumeurs qui ont vu le jour à ce sujet. 

Cependant, il semblerait que la publication de ce document ne soit pas au goût d’une certaine catégorie de personnes. Notamment les revendeurs de voitures. Ainsi, si vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à lire l’intégralité de cette nouvelle édition du 21 novembre 2022. Selon ce que rapporte le quotidien francophone L’Expression, les revendeurs estiment que cette décision n’est pas dans leurs intérêts. 

Eux qui sont dans une course contre la montre pour pouvoir liquider les voitures en leur possession avant la mise en service des décisions prises par le gouvernement. Soit avant le début de l’année prochaine. Selon les principaux intéressés, cette période est suffisante pour se débarrasser du matériel qui pourrait leur causer des pertes financières. 

Les « smasria » parlent de l’état du marché des véhicules d’occasion en Algérie 

Tandis que plusieurs autres revendeurs ont affirmé à de multiples reprises que le marché des véhicules d’occasion garde toujours son pouvoir, d’autres ont indiqué le contraire. Parmi eux, un « smasri » qui a fait état d’une baisse significative dans les prix des engins à quatre roues. D’ailleurs, lui-même a rencontré des difficultés à écouler ses voitures sur le marché. Cela depuis, l’annonce du retour de l’importation.

En sus, la publication du cahier des charges n’a fait qu’aggraver la situation pour le principal concerné, surnommé « El Wazir » par ses amis. Dans le détail, ce dernier a avoué avoir perdu au minimum 100.000 dinars. Et ce, sur les voitures qu’il avait vendues. « J’ai même vendu à perte. En ce mois de novembre, j’ai perdu l’équivalent de 600.000 dinars », a-t-il révélé. De ce fait, on peut dire que le citoyen algérien pourra enfin avoir une bouffée d’air frais au sujet des prix des voitures.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes