AccueilÉconomieAutomobileImportation véhicules moins 3 ans Algérie : l'Association de protection du consommateur...

Importation véhicules moins 3 ans Algérie : l’Association de protection du consommateur peu emballée

Automobile – Hassen Menouer, président de l’association de protection du consommateur, El Amen, se prononce au sujet de l’importation de véhicules de moins de trois (3) ans en Algérie. Dzair Daily vous dévoile tout dans la suite de ce numéro du 21 novembre 2022. 

Le secteur de l’automobile semble se remettre sur les rails, après être confronté à une crise sans égale depuis trois longues années. Cette démarche s’est, en effet, concrétisée par une voie qui s’est ouverte à l’importation des véhicules de moins de trois (3) ans en Algérie. Notamment avec l’implantation de l’usine Fiat et enfin la reprise de l’usine de la marque sud-coréenne, Hyundai. 

Par ailleurs, l’association de protection du consommateur, El Amen, paraît peu enthousiaste à l’idée d’importer les susdites voitures. Dans ce contexte, Hassen Menouar, président du comité en question, s’est manifesté à cet égard.

Il révèle ainsi : « À l’annonce de l’importation des véhicules de moins de trois ans, les loueurs européens de voitures se frottent les mains avec joie, à la perspective de fourguer au marché algérien des caisses qui ont trop roulé ».

Et ce, dans une déclaration accordée lors d’une entrevue à l’émission de la chaîne de Radio Nationale. Hassen Menouer estime, de ce fait, qu’un véhicule de moins de trois ans en Europe demeure assez cher. « Un véhicule d’occasion, ce n’est pas donné, il reste relativement cher », a-t-il en outre souligné. 

« L’importation des voitures de moins de 3 ans n’est pas une bonne alternative ! »

Effectivement, le président Hassen Menouer de l’association de protection du consommateur El Amen, a révélé d’autres détails. Il a ainsi indiqué que des entreprises du Vieux continent s’impatientent à l’idée de se débarrasser des véhicules d’occasions. À savoir ceux qui ont « trop roulé pendant 3 ans ». 

Le même intervenant fait savoir : « Ce n’est bon ni pour l’image du pays, ni pour la sécurité des automobilistes et encore moins pour l’environnement ». Le responsable de l’association précitée a salué par la même occasion le cahier des charges récemment publié. Il s’agit là de ce que relaie le quotidien francophone, L’Expression. 

Celui régissant les modalités et normes de l’activité de l’importation et construction automobile en Algérie. Hassen Menouer prévoit également l’avènement de nouvelles pratiques dans le secteur en question, à travers lesquelles les intérêts du consommateur seront prises en compte.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes