Algérie : le mariage religieux a explosé durant la crise de la Covid-19

Algérie – À l’ombre de la crise sanitaire liée au Covid-19, les couples se tournent vers le mariage religieux dit Orfi pour effectuer leurs unions. On vous dévoile les différentes raisons qui se cachent derrière ce phénomène dans cette édition du mercredi 19 janvier 2022.

En Algérie, comme dans la majorité des pays musulmans, le mariage se fait en deux étapes, on a le mariage religieux et le mariage civil devant les services administratifs pour concrétiser et officialiser l’union. Cependant, au cours de ces dernières années, marquées par cette crise de la Covid-19, on a pu observer une explosion du mariage religieux en Algérie.

Au fait, avec les restrictions liées à la situation sanitaire. Celles notamment en rapport avec le gel de l’enregistrement des contrats de mariage ont créé une certaine frustration. En particulier, auprès des couples qui avaient déjà fixé la date de leurs mariages. Ce qui les a poussés à se tourner vers le mariage à la Fâtiha.

De ce fait, des juristes ont affirmé qu’un nombre croissant de cas de mariages attendent l’inscription légale de leurs unions. De même, les services des affaires familiales ont enregistré une incroyable augmentation de ces cas. Il est question d’une hausse qui s’élève à 15%. Effectivement, les tribunaux ont déclaré n’avoir compté que 4.000 mariages du même genre, annuellement, avant 2020. Rapporte Echorouk.

Cela dit, la crise sanitaire ne demeure pas l’ultime raison pour se diriger vers un tel processus. Il s’avère que suite aux révisions apportées au Code de la famille en 2005, le mariage par le biais d’une Fâtiha a connu une expansion. Sachant que cette loi interdisait à l’homme de se marier pour une deuxième fois sans l’accord de sa première femme.

Près de 40.000 affaires de mariage devant les tribunaux à attendre une reconnaissance légale

Le mariage Orfi, ou par Fâtiha se répand à large échelle sur le sol algérien. Néanmoins, l’épidémie du Coronavirus s’avère un élément crucial, parmi tant d’autres, à dicter le recours à cette procédure. Cela a évoqué un tournant dans l’histoire du mariage en Algérie. Comme déjà cité plus haut.

Par mesure de précaution contre la propagation du virus, les autorités algériennes ont gelé l’enregistrement des actes de mariages. C’est dans le but d’empêcher tout rassemblement. Et éviter, par conséquent, les contagions qui peuvent en résulter. Comme ça a été le cas pour de nombreux autres événements.

Toutefois, de multiples raisons se tiennent derrière ce type de mariage. Seulement pour cette année, on a pu constater une explosion. Il s’agit d’une moyenne 40.000 affaires durant ces dernières années. D’autant plus que les cas d’enfants nés de mariages non inscrits auprès de l’état civil peuvent atteindre les 45.000 en Algérie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes