AccueilÉconomieAutomobileAlgérie : Flambée des prix des voitures d’occasion et neuves

Algérie : Flambée des prix des voitures d’occasion et neuves

Algérie – Les prix des voitures d’occasion et neuves sur le marché automobile en Algérie enregistrent, ces jours-ci, une flambée record par rapport aux mois précédents. Explications.

Au niveau du marché automobile national, les prix des voitures d’occasion notent une flambée record, après avoir enregistré une importante pénurie d’offre et une forte demande en Algérie, et les prix des voitures neuves sont également onéreux. C’est ce qu’a rapporté le quotidien arabophone Ennahar. Cela dans son édition du 6 novembre.

Cette augmentation coïncide avec la suspension de la chaîne locale de production et montage automobiles. Le retard dans l’entrée en vigueur de la décision d’importer des véhicules de moins de 3 ans contribue également à la tendance haussière. Le journal qualifie la flambée des prix, des voitures d’occasion et neuves, de folle.

Échantillon des prix en vigueur sur le marché d’occasion

Voici quelques prix, en guise d’échantillonnage. On les retrouve sur le marché des voitures d’occasion. Ils sont observables sur certains sites spécialisés dans l’achat et la vente de véhicules. Les chiffres sont fournis par la même source médiatique. Une « Peugeot », immatriculée 2012 atteint 140 millions de centimes de dinars. Alors qu’elle était à 118 millions auparavant.

« Renault Symbol », sortie d’usine en 2017, est à 160 millions. Elle était à 113 millions dans un passé récent. Une « Hyundai Accent » 2011, arrive jusqu’à 130 millions. Tel aboutissement après que son prix ne dépassait pas 113 millions. Ibiza, extirpée de son emballage en 2014, est au prix de 175 millions. Son ancien prix n’allait pas au-delà des 135 millions.

Quid des véhicules neufs ?

Même son de cloche du côté des voitures neuves. Une « Audi A1 », pour n’en citer que quelques-unes, immatriculée 2013, atteint 180 millions de centimes, alors que plus tôt elle tournait aux environs de 140 millions. En outre, une « Polo Volkswagen », de 2012, se situe à 150 millions. Elle était à 120 millions. « Kia Sportage », immatriculée 2016, dépasse le seuil de 340 millions.

Dans le temps, son prix se situait en fait dans la fourchette de 295 millions. Ainsi, le coronavirus et le gel de l’importation de voitures de moins de 3 ans flambent les prix. Un économiste spécialisé dans le domaine de l’automobile s’est exprimé auprès d’Ennahar. Il a attribué la dernière hausse des prix des voitures à « l’absence d’une stratégie gouvernementale claire ». La vision manque de clarté concernant ce dossier, d’après l’orateur.

« Tout le monde sait que le marché est régi par la logique de l’offre et de la demande ». C’est ce qu’a expliqué l’intervenant. « Avec plus de demande et moins d’offre, il en résultera une augmentation inévitable des prix ». Pour l’expert, il s’agit là d’une évidence. Par conséquent, « la rareté a ouvert la porte à la spéculation. Et le seul perdant est le citoyen », a-t-il conclu.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes