AccueilÉconomieAutomobileAutomobile en Algérie : Nouvelle taxe sur ce type de voitures

Automobile en Algérie : Nouvelle taxe sur ce type de voitures

Algérie – Le ministre de l’Énergie a apporté de nouvelles précisions sur les nouvelles mesures qui vont toucher au secteur automobile, plus précisément, sur la nouvelle taxe qui sera appliquée sur quelques voitures et camions. On vous explique davantage.  

En effet, le projet de la loi de Finances de l’année prochaine 2021 tient à apporter plusieurs modifications sur le secteur de l’automobile en Algérie et parmi les mesures proposées, on retrouve l’application d’une taxe sur la consommation des carburants des voitures et camions à chaque sortie des frontières du pays. C’est en tout cas ce qu’a indiqué le site d’information Algérie Eco

Cependant, cette mesure n’est pas sortie ex-nihilo dans le projet de la loi des Finances (PLF) 2021. D’après ce qu’a indiqué le ministre de l’Énergie, Abdelmadjid Attar lors de son audition par la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN), l’application de cette taxe va certainement limiter les pertes issues de la contrebande. Dans le même ordre d’idée, le même responsable a tenu à assurer que ladite taxe « n’aura pas d’impact sur le citoyen lambda ». 

Pour ce qui est tarification, d’après ce que l’article 79 du projet susmentionné stipule; une taxe de 2500 DA sera appliquée sur les véhicules touristiques. Quant aux véhicules utilitaires et camions moins de dix (10) tonnes, 3000 DA seront exigés. Par ailleurs, la taxe la plus élevée est celle des camions de plus de 10 tonnes. Ainsi, 10.000 DA seront demandés pour ce type. 

Ce plan fait pour lutter contre la contrebande n’est cependant pas effectif aux yeux de certains

Malgré la façon dans laquelle le ministre a introduit cette mesure proposant l’application de cette taxe ; cette dernière n’a pas été salué par plusieurs membres de la Commission des finances. Pour eux, cette dernière ne prend pas la réalité sociale dans les zones frontalières en considération. À leurs yeux, cette taxe ne pourra en aucun cas lutter contre la contrebande. Pour justifier leur point de vue ; ces derniers indiquent que la contrebande trouve son chemin en dehors des postes frontaliers officiels.  

Par ailleurs, et lors de la même audition ; le premier responsable de l’Énergie en Algérie a révélé que les ventes du carburant dans les wilayas frontalières fait état de 14% du total des ventes aux quatre coins du pays. Quant au gasoil, la consommation de ce dernier dans les wilayas frontalières et limitrophes également s’élève à 70% nationalement. 

Ce sont donc de sacrés énormes chiffres qui s’ajoutent aux 2.000 milliards de dinars du carburant importé entre la période du 2010 et 2019. L’importation du carburant selon la même source, a coûté un bras au gouvernement. Sur ce, le ministre est revenu sur la nécessité de rationaliser sa consommation.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes